International
URL courte
Situation en Syrie (été 2017) (114)
46931
S'abonner

Environ 20.000 membres de l'Armée syrienne libre (ASL) et des militaires turques participeront à une nouvelle opération militaire antikurde dans la région de la ville d'Afrine, située au nord-ouest de la Syrie et actuellement contrôlée par les Unités de protection du peuple (YPG).

Près de 20.000 combattants de l'Armée syrienne libre (ASL), ainsi que des militaires turcs, s'apprêtent à lancer une opération antikurde aux abords de la ville syrienne d'Afrine, relatent les médias turcs.

La ville syrienne de Tell Rifaat et la base aérienne de Minaq seront les premières cibles de l'opération, d'après le quotidien turc Sabah. L'offensive sera lancée depuis les villes d'Azaz, de Kaljibrin et de Marea à l'est et depuis Idlib au sud-ouest.

D'après certaines informations, Ankara mènerait des consultations avec Moscou à ce sujet. Dimanche, le Président turc Recep Tayyip Erdogan a rencontré le ministre russe de la Défense Sergueï Choïgou.

Afrine est située dans la province d'Alep et fait partie de la région du Rojava, autonome de facto, instaurée par les Kurdes au nord de la Syrie.

Auparavant, un chef de l'Armée syrienne libre, qui a souhaité garder l'anonymat, a annoncé à Sputnik qu'après la fin du ramadan, conjointement avec les combattants de l'ASL, la Turquie envisageait de mener une opération aux abords de la ville de Tell Rifaat. De ce fait, elle procède à la répartition des militaires et des armes lourdes vers Azaz, qui se trouve à six km de Tell Rifaat.

Dossier:
Situation en Syrie (été 2017) (114)

Lire aussi:

Les aliments les plus dangereux pour le foie énumérés
Un infectiologue marocain étrille l’étude de The Lancet critiquant la chloroquine
Une soirée avec de l'eau de Cologne comme apéritif tourne au drame en Tunisie
Quand un chat «échange des mots» avec une souris – photo
Tags:
troupes, Armée syrienne libre (ASL), Sergueï Choïgou, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Marea, Azaz, Idlib, Syrie, Afrine (Syrie)
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook