Ecoutez Radio Sputnik
    la Syrie

    «Les terroristes disposent d’armes livrées par les USA à l’"opposition modérée"» en Syrie

    Ministère russe de la Défense
    International
    URL courte
    234467450

    En réaction à l’information portant sur la découverte, par les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, d’éléments d’armes étrangères dans l’est de Damas, Suleyman Halil, politologue syrien, a évoqué ce sujet pour Sputnik.

    Des fragments d'un missile antichar TOW de fabrication américaine, découverts à Ein Tarma, une banlieue est de Damas, par les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie, prouvent que les terroristes, y compris le Front al-Nosra, utilisent des armes et munitions livrées auparavant par les États-Unis à «l'opposition modérée» syrienne, a déclaré dimanche à Sputnik Suleyman Halil, expert politique syrien.

    «Il n'y a pas de subdivisions de la soi-disant Armée syrienne libre ou d'autres "opposants modérés" dans la région d'Ein Tarma. Cela veut dire que les terroristes disposent d'armes auparavant livrées par les États-Unis à cette "opposition modérée"», a souligné M.Halil commentant les informations fournies plus tôt à Sputnik par une autre source de l'agence se trouvant à Ein Tarma.

    D'après la source, le secteur où des armes lourdes de fabrication américaine ont été utilisées contre les troupes gouvernementales syriennes, est la zone d'opérations du groupe radical Faylaq al-Rahman, qui est un allié direct du Front al-Nosra.

    Selon Suleyman Halil, les fragments de minutions avec des numéros de série, retrouvés dans le quartier Al-Kabbas de Damas, prouvent que les djihadistes auraient eu à leur disposition des missiles antichars TOW.

    «Si on mène une enquête, il est possible de retracer le parcours des livraisons d'armes lourdes destinées aux terroristes. Cela pourrait constituer une preuve irréfutable de complicité entre terroristes et militaires américains», a précisé l'interlocuteur de Sputnik.

    D'après Suleyman Halil, les médias ont déjà relayé à plusieurs reprises des informations portant sur des livraisons directes ou indirectes d'armes aux terroristes par des pays occidentaux, y compris par les États-Unis.

    Pourtant, les éléments que les officiers du Centre russe pour la réconciliation des parties en conflit en Syrie ont pu collecter, «pourraient constituer des preuves réelles» de ces livraisons d'armes lourdes.

    Les officiers du Centre russe ont enregistré, samedi, 48 tirs de mortiers contre le quartier Al-Kabbas de Damas, venant des positions occupées par les formations armées illégales à Ein Tarma et à Jobar. En plus, ils ont recueilli des preuves d'utilisation par les terroristes d'armes et de munitions étrangères: ils ont pris en photo des éclats de munitions de fabrication étrangère avec des numéros de série.

    Lire aussi:

    «Les USA s’apprêteraient à une nouvelle provocation» à l’égard de la Syrie
    «Projet d’attaque chimique» en Syrie: les USA visent aussi la Russie
    USA sur «la préparation d’une attaque chimique» par la Syrie: on ne fournira pas de preuve
    Tags:
    armes, preuves, Damas, Syrie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik