International
URL courte
6102
S'abonner

Les pourparlers à Astana se dérouleront ces 4 et 5 juillet avec la participation de la délégation de l’opposition syrienne, selon le ministre kazakh des Affaires étrangères, Kaïrat Abdrakhmanov. Le gouvernement syrien, les pays garants et les observateurs du processus d’Astana ont également confirmé leur participation.

Les participants aux négociations d'Astana commencent à arriver dans la capitale kazakhe. Une nouvelle rencontre dans le cadre du processus de paix aura eu lieu les 4 et 5 juillet et se déroulera avec la participation des deux parties en conflit en Syrie, à savoir l'opposition et le gouvernement, a indiqué aux journalistes le 3 juillet le ministre kazakh des Affaires étrangères, Kaïrat Abdrakhmanov, en soulignant qu'il avait reçu la confirmation de l'opposition. Il a également noté que les pays garants, la Russie, l'Iran et la Turquie, seraient représentés par des délégations de haut niveau.

«La délégation du gouvernement de la République arabe syrienne a confirmé sa participation et est arrivée aujourd'hui. Des représentants de l'opposition syrienne armée ont également confirmé leur participation», a précisé le ministre.

M.Abdrakhmanov a ajouté que l'envoyé spécial des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura, était attendu. En outre, parmi les observateurs du processus d'Astana figurent l'adjoint au secrétaire d'État américain en charge du Proche-Orient Stuart Jones, une délégation jordanienne ainsi que des représentants de l'Onu.

Quatre rounds de négociations sur le règlement de la situation en Syrie ont eu lieu à Astana (23-24 janvier, 15-16 février, 14-15 mars et 3-4 mai). Ils ont notamment permis d'adopter un texte sur la mise en place d'un groupe opérationnel conjoint chargé de contrôler le respect du cessez-le-feu en Syrie. Les pays garants (Russie, Turquie et Iran) ont signé un mémorandum sur la création de zones de désescalade en Syrie en vue de mettre fin aux violences, de préserver l'intégrité territoriale de la Syrie et de régler le conflit par des moyens politiques.

Lire aussi:

Le mémorandum sur quatre zones de sécurité en Syrie est adopté à Astana
Pendant qu’Astana s’impose, l’Occident regarde passer le train
Zones de sécurité discutées à Astana, vers l'apaisement en Syrie?
Des dizaines de malfrats agressent une famille en Loire-Atlantique puis les suivent à l’hôpital
Tags:
négociations inter-syriennes, Coalition nationale des forces de l'opposition et de la révolution (Coalition nationale syrienne), Stuart Jones, Staffan de Mistura, Kazakhstan, Astana
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook