Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou et Pékin: bientôt une lutte conjointe contre les fake news?

    Moscou et Pékin: bientôt une lutte conjointe contre les fake news?

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    International
    URL courte
    5380
    S'abonner

    Pour la rédactrice en chef de Sputnik et RT, Margarita Simonian, il est impossible «d’affronter tout seul les fake news», seule une lutte conjointe pourrait porter ses fruits. Ainsi, Mme Simonian a annoncé que Moscou et Pékin, subissant régulièrement des attaques médiatiques, pourraient se réunir pour contrer ensemble cette menace.

    Devenu un véritable fléau du XXIe siècle, les fausses informations sont un instrument de manipulation des opinions. Selon la rédactrice en chef de Sputnik et RT, Margarita Simonian, les pays devraient réunir leurs efforts pour les contrer, cela pourrait notamment être le cas de Moscou et Pékin.

    «Nous ne pouvons y arriver qu'ensemble. Dans ce cas concret, ensemble et à l'aide des médias chinois», a-t-elle déclaré lors du 3e forum des médias des deux pays en soulignant qu'il était «impossible d'affronter tout seul les fake news».

    Se rappelant l'histoire du « symbole de la bataille d'Alep», Omran Daqneesh, âgé de trois ans, avec son visage couvert de sang et de poussière, et dont la photo a été diffusée par tous les médias mainstream pour démontrer la violence dont fait preuve le Président syrien Bachar el-Assad, qui n'était en réalité qu'un fake démasqué par RT, Mme Simonian a affirmé qu'il ne restait plus à l'heure actuelle «beaucoup de voix capables d'affronter l'histoire universelle des journaux mainstream».

    «Les fake news sont devenus un piège où se font prendre des millions des gens, habitués à faire confiance aux grandes agences de presse, qui ont perdu toute crédibilité il y a longtemps. Les mensonges, qui étaient auparavant publiés par la presse jaune, sont actuellement diffusés par les agences de renom et repris par les actuels dirigeants mondiaux. Cela arrange tout le monde: la presse qui le fait et les chefs d'État», a déclaré Mme Simonian lors de la rencontre du Président russe Vladimir Poutine avec son homologue chinois Xi Jinping.

    À titre d'exemple, Mme Simonian a cité les accusations du dirigeant français Emmanuel Macron à l'encontre de Sputnik et de RT.

    «Le nouveau Président français, Emmanuel Macron, et son QG nous accusent régulièrement, la chaîne de télévision RT et l'agence Sputnik, de diffusion de fausses informations sur M.Macron et donnent des exemples concrets sauf que nous n'avons jamais écrit de pareilles choses mais cela n'intéresse plus personne», a déploré la journaliste ajoutant que les médias chinois étaient les bienvenus en Russie.

    «En Russie, tout le monde peut voir la télévision chinoise à tout moment. Nous espérons qu'avec la confiance croissante et cette bonne affinité entre nos pays et nos dirigeants, cette question sera résolue et nous observerons une considérable augmentation des possibilités pour le peuple chinois de prendre connaissance de nos médias», a-t-elle conclu.

    Le Président Macron avait antérieurement déclaré que les journalistes de Sputnik et RT n'avaient pas accès à son QG de campagne pendant la dernière élection présidentielle en France parce qu'il considérait que ces médias diffusaient des contrevérités, chose qui a été à maintes reprises démentie par les équipes de Sputnik et de RT.

    Lire aussi:

    Margarita Simonian se moque d'une proposition de loi US contre RT et Sputnik
    Simonian lève son verre à Macron, pour qu’il «arrête de mentir sur RT et Sputnik»
    Simonian: même Reuters indique que Macron n’a pas d’exemple de fake news de Sputnik et RT
    Un chien se lance dans une bataille mortelle contre des loups pour sauver son ami – vidéo choc
    Tags:
    manipulation, désinformation, médias mainstream, médias français, médias, chaîne de télévision russe RT, Sputnik, Emmanuel Macron, Xi Jinping, Margarita Simonian, Vladimir Poutine, Chine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik