Ecoutez Radio Sputnik
    Vers une présence de la police militaire russe dans les zones de désescalade en Syrie?

    Vers une présence de la police militaire russe dans les zones de désescalade en Syrie?

    © Photo. Russian Defence Ministry
    International
    URL courte
    4291
    S'abonner

    La Russie pourrait déployer sa police militaire dans les zones de désescalade en Syrie à condition d’un accord de tous les pays-garants de la trêve (Russie, Turquie et Iran) sur le territoire syrien, a déclaré ce mardi le chef de la délégation russe Alexandre Lavrentiev à l’issue de la première journée de négociations à Astana.

    La police militaire russe pourrait être envoyée dans les zones de désescalade en Syrie d'ici deux à trois semaines si une décision dans ce sens était approuvée par les pays-partenaires (Turquie et Iran), a relaté ce mardi le chef de la délégation russe Alexandre Lavrentiev.

    «Il est encore difficile de parler d'une présence d'observateurs russes et de représentants du ministère russe de la Défense. Toutefois, un déploiement de la police militaire russe est possible dans les zones de désescalade, mais encore une fois, rien n'a été décidé là-dessus», a-t-il annoncé aux journalistes après la première journée de négociations à Astana.

    Par ailleurs, M.Lavrentiev a affirmé que les contours géographiques de deux de ces zones étaient pratiquement déterminés.

    «La question sur Idlib ainsi que sur la zone du sud est encore ouverte. Néanmoins, je pense que nous trouverons prochainement un compromis à ce sujet», a-t-il précisé ajoutant que «toutes les variantes étaient possibles» mais que la décision définitive ne serait prise que le lendemain.

    En outre, M.Lavrentiev a souligné que le processus de création des zones de désescalade dépendait de toute une liste de documents visant au renforcement de la confiance entre les parties syriennes en conflit.

    «Il s'agit d'un article sur l'échange de prisonniers et de personnes détenues de force, ainsi que celui qui détermine le déminage des monuments historiques et du patrimoine. On étudie tout cela en ce moment», a-t-il conclu.

    Une cinquième session de pourparlers sur la situation en Syrie s'est ouverte ce mardi à Astana, sous l'égide de la Russie, de l'Iran et de la Turquie, pour étudier la possibilité de la mise en place de «zones de désescalade». À la veille de l'ouverture de cette nouvelle session, l'armée syrienne a annoncé lundi une trêve unilatérale du 2 au 6 juillet dans les provinces de Deraa, Quneitra et Soueïda dans le sud du pays.

    Quatre rounds de négociations sur le règlement de la situation en Syrie ont déjà eu lieu à Astana: 23-24 janvier, 15-16 février, 14-15 mars et 3-4 mai. Ils ont notamment permis d'adopter un texte sur la mise en place d'un groupe opérationnel conjoint chargé de contrôler le respect du cessez-le-feu en Syrie. Les pays garants ont également signé un mémorandum sur la création de zones de désescalade en Syrie en vue de mettre fin aux violences, de préserver l'intégrité territoriale de la Syrie et de régler le conflit par des moyens politiques.

    Lire aussi:

    Les parties syriennes, dont l'opposition armée, réunies à Astana
    L’opposition syrienne confirme sa participation aux négociations à Astana
    Kazakhstan: aucune provocation ne sapera les entretiens sur la Syrie à Astana
    Tags:
    négociations, désescalade, zone de désescalade, crise syrienne, conflit syrien, conflit, Alexandre Lavrentiev, Idlib, Astana, Iran, Turquie, Russie, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik