Ecoutez Radio Sputnik
    Teotihuacán

    L'énigme des pyramides de Teotihuacán résolue par les chercheurs

    CC0 / Pixabay
    International
    URL courte
    10816

    Les célèbres pyramides de Teotihuacán, situées à 50 km de Mexico, auraient été conçues pour imiter l'au-delà tel que l'imaginaient ses anciens habitants.

    Les archéologues de l'Institut national d'anthropologie et d'histoire du Mexique ont conclu que les pyramides de la ville-fantôme de Teotihuacán reproduisaient la vision de l'au-delà de ses habitants.

    Selon la chaîne de télévision ABC, les chercheurs ont pu établir la présence d'un tunnel passant au-dessous de l'une des plus célèbres pyramides de Teotihuacán, celle de la Lune. Les scientifiques estiment que ce tunnel était orné à l'époque de divers objets relatifs aux rites funéraires.

    «La découverte a confirmé l'hypothèse selon laquelle les habitants de Teotihuacán suivaient le même schéma lors de l'érection de leurs vastes temples. Ces édifices avaient pour vocation de reproduire le monde des morts», explique l'archéologue Veronica Ortega.

    Le tunnel découvert grâce à une sorte de tomographie numérique mesure 103 mètres en longueur. À l'heure actuelle, les chercheurs envisagent de mener des fouilles afin de le mettre à jour.

    La ville de Teotihuacán a atteint son apogée vers 450 ap. J.-C., lorsqu'il couvrait plus de 30 km2 et abritait une population de plus de 150 000 habitants. Or, trois siècles après, elle a disparu avec l'ensemble de ses habitants pour des raisons qui restent inconnues.

    Aujourd'hui, les pyramides de Teotihuacán, situées à une cinquantaine de kilomètres de Mexico, attirent chaque année des milliers de touristes.

    Lire aussi:

    Une tour en ossements de femmes et d’enfants découverte au Mexique
    Le mystère de la disparition de la civilisation aztèque enfin dévoilé!
    Quand les masques mortuaires des Aztèques nous parlent
    Tags:
    fouilles, découverte, archéologie, chercheurs, Mexique
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik