International
URL courte
0 33
S'abonner

Des groupes de défense des droits de l'Homme ont appelé mercredi à l'ouverture d'une enquête indépendante sur la mort de quatre Syriens arrêtés la semaine dernière au cours de raids menés par l'armée libanaise dans des camp de réfugiés.

Selon l'armée libanaise, les quatre hommes, décédés mardi, souffraient de problèmes de santé chroniques qui se sont aggravés "en raison des conditions météorologiques", rapporte l'AFP.

Vendredi, l'armée libanaise a mené des raids dans deux camps de réfugiés dans la région d'Aarsal, frontalière de la Syrie, et cinq kamikazes se sont fait exploser au cours de l'opération, tuant une fillette et blessant sept soldats.

Des images montrant les forces de sécurité détenant des dizaines de personnes torse nu, étendues à même le sol et les mains liées derrière le dos, ont provoqué une controverse au Liban.

L'AFP n'a pas pu vérifier si les quatre détenus décédés apparaissaient sur ces images.

"Nous demandons urgemment une enquête officielle, transparente et indépendante", a indiqué Lama Fakih, la directrice adjointe de Human Rights Watch (HRW) pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, soulignant que l'ONG avait dans le passé "documenté des cas d'abus ou de torture durant des détentions de l'armée" libanaise.

L'avocat Nabil Halabi, à la tête de l'Institut libanais pour la démocratie et les droits de l'Homme (LIFE), a également appelé les autorités libanaises à mener une "enquête sérieuse basée sur des autopsies".

Selon lui, il y a des indications sur la mort d'une dizaine de réfugiés sous la torture.

Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés ayant fui le conflit en Syrie voisine, beaucoup vivant dans des camps de tentes.

Lire aussi:

Des terroristes de Daech neutralisés au Liban
La Russie fournira des chars et des missiles au Liban
Liban: le nouveau gouvernement avec Saad Hariri à sa tête formé
Mohammed VI a ordonné la destruction d’édifices flambant neufs dans une toute nouvelle station balnéaire
Tags:
ONG, Institut pour la démocratie et les droits de l'homme (Liban), Human Rights Watch (HRW), Nabil Halabi, Liban
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook