Ecoutez Radio Sputnik
    Le Qatar rejette l’ultimatum des pays arabes

    Le Qatar rejette l’ultimatum des pays arabes

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    0 221

    L’Arabie saoudite, Bahreïn, l’Égypte et les Émirats arabes unis ont confirmé le refus du Qatar d’exécuter leurs exigences fixées dans leur ultimatum, indique un communiqué présenté par le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry à l’issue d’une rencontre dans la capitale égyptienne.

    Les pays arabes impliqués dans la crise autour du Qatar, (Arabie saoudite, Bahreïn, Égypte et Emirats arabes unis) ont confirmé que Doha avait rejeté leurs exigences, exprimées dans un ultimatum qui lui avait été adressé auparavant.

    «Nous faisons part de notre regret vis-à-vis de la réponse négative du Qatar témoignant de leur dédain et d'une approche irresponsable envers le problème existant», peut-on lire dans le communiqué présenté par le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Shoukry.

    Suite à cette décision de Doha, le chef de la diplomatie saoudienne Adel ben Ahmed al-Joubeir a déclaré que son pays, ainsi que Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis continueraient leur boycott économique et politique du Qatar tandis que des mesures supplémentaires seraient appliquées après des consultations.

    Une autre session de négociations aura lieu à Manama, la capitale de Bahreïn. Néanmoins, la date exacte n'a pas encore été communiquée.

    Pour rappel, l'Arabie saoudite, Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival régional du royaume saoudien. Le Qatar, qui a le soutien de la Turquie, rejette fermement ces allégations.

    Les quatre pays arabes demandent notamment au Qatar de rompre les relations diplomatiques avec l'Iran, de fermer la base militaire turque sur son territoire et de mettre fin à la diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera.

    Doha, qui avait 10 jours pour obtempérer, a qualifié les requêtes d'irréalistes et a appelé à les réviser.

    Lire aussi:

    Le Qatar dément «faire les yeux doux» aux terroristes
    La Turquie maintiendra une présence militaire au Qatar
    Randa Kassis : «il faut couper les financements de l’Arabie saoudite et du Qatar»
    Corée du Sud: la Russie réagit aux tirs de semonce présumés contre ses bombardiers
    Tags:
    ultimatum, sanctions, crise, Doha, Émirats Arabes Unis, Bahreïn, Arabie Saoudite, Qatar
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik