Ecoutez Radio Sputnik
    Washington recourra à la force face à Pyongyang en cas de besoin

    Washington recourra à la force face à Pyongyang en cas de besoin

    © Sputnik. Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    816299856

    Après le test d'un missile intercontinental par la Corée du Nord mardi matin, Washington a menacé Pyongyang de recourir à la force en cas de besoin.

    Commentant le tir de missile balistique effectué mardi matin par la Corée du Nord devant le Conseil de sécurité des Nations unies, l'ambassadrice américaine Nikki Haley a déclaré que les actions de Pyongyang mettaient fin à «toute possibilité de résolution diplomatique» du conflit nord-coréen et que Washington était prêt à défendre ses alliés, y compris en recourant à la force.

    «L'une de nos possibilités réside dans nos forces armées considérables. Nous les utiliserons, si besoin, mais nous préférons toutefois de ne pas suivre cette direction», a-t-elle martelé.

    Par ailleurs, elle a affirmé que Washington proposerait de nouvelles sanctions à l'encontre de la Corée du Nord «dans les jours à venir». Mme Haley a également souligné que les États-Unis étaient prêts à arrêter les relations commerciales avec des pays qui font du commerce avec Pyongyang en dépit des résolutions de Washington.

    «Le tir du missile balistique par Pyongyang constitue une escalade militaire claire et brutale», a-t-elle déclaré lors de la session du Conseil de Sécurité de l'Onu.

    De son côté, le représentant russe adjoint auprès de l'Onu Vladimir Safronkov a déclaré qu'une réponse militaire aux essais de Pyongyang «devait être exclue» et qu'il fallait, avant tout, relancer le dialogue. Selon lui, les sanctions ne font que «mener dans l'impasse» au lieu de régler le conflit sur la péninsule nord-coréenne. En outre, M.Safronkov a appelé les pays à annuler le déploiement du complexe THAAD dans la région:

    «Nous sommes contre le déploiement des complexes [THAAD, ndlr]. Nous appelons les pays concernés à arrêter immédiatement le processus de leur mise en place», a-t-il souligné.

    En réponse aux critiques de M.Safronkov concernant l'application de nouvelles sanctions à l'encontre de Pyongyang par les USA, Mme Haley a annoncé une nouvelle résolution du Conseil de la Sécurité de l'Onu et a proposé à la Russie d'y opposer son veto.

    «Mais si vous voyez une menace dans le tir de missile balistique par la Corée du Nord, vous voyez ce qui se passe en réalité, Pyongyang fait une démonstration de force et vous devez prendre une position ferme et voter avec la communauté internationale pour le durcissement des sanctions à l'encontre de la Corée du Nord. Si vous décidez d'agir autrement, nous ferons à notre gré», a conclu la diplomate.

    La Corée du Nord a effectué mardi matin, à 9h40 heure locale, un nouveau tir de missile intercontinental en direction de la mer du Japon. Le missile à moyenne portée tiré depuis l'aéroport de Panghyon a parcouru 930 km, le vol a duré 40 minutes. Le missile s'est écrasé en mer du Japon et n'a pas causé de dommages.

    Tokyo a dénoncé une provocation et jugé inadmissibles les tirs de missiles à répétition réalisés par la Corée du Nord, qui représentent une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. La Corée du Sud, le Japon et la Chine ne toléreront pas de nouveaux tests de missiles nord-coréens, a estimé Donald Trump.

    Lire aussi:

    La Corée du Nord tire un nouveau missile balistique
    La Corée du Nord a «testé pour la 1ère fois avec succès» son missile balistique
    La Corée du Nord confirme avoir testé avec succès un missile intercontinental (images)
    Tags:
    tir, missiles, missiles balistiques, missiles intercontinentaux, sanctions, Nikki Haley, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik