Ecoutez Radio Sputnik
    Moscou: aucune visite d'experts sur les lieux du drame de Khan Cheikhoun à ce jour

    Moscou: aucune visite d'experts sur les lieux du drame de Khan Cheikhoun à ce jour

    © REUTERS/ Ammar Abdullah
    International
    URL courte
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)
    7111

    Le ministère russe des Affaires étrangères estime qu’il est trop tôt pour clore l'enquête sur des conséquences chimiques du raid aérien dans la province syrienne d’Idlib. Jusqu’à présent, aucun expert n’a encore visité le lieu de la tragédie.

    À ce jour, aucun expert n'a encore visité le lieu du drame de Khan Cheikhoun dans la province syrienne d'Idlib, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires étrangères russes Maria Zakharova lors d'un briefing.

    «Il est encore trop tôt pour mettre un point final à la question de savoir par qui et comment du gaz sarin a pu être utilisé dans la province d'Idlib. D'autant plus que personne n'a encore visité le lieu de la tragédie, ni la mission de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, ni le mécanisme d'enquête conjoint de l'OIAC et de l'Onu sur des cas semblables. Je tiens à souligner encore une fois que jusqu'à présent, malgré tous les rapports, les briefings qui ont eu lieu, les discours d'experts et de représentants des pays, aucun expert n'a encore visité les lieux», a affirmé Mme Zakharova.

    Elle a également rappelé que l'organisation Casques blancs, qui a présenté une vidéo sur Khan Cheikhoun, est une «structure odieuse» qui a plusieurs fois été mêlée à des falsifications et a été dénoncée.

    L'opposition syrienne a annoncé le 4 avril qu'une attaque aux armes chimiques avait fait 80 morts et 200 blessés à Khan Cheikhoun, dans la province d'Idlib, accusant les troupes gouvernementales syriennes d'être à l'origine de la dispersion chimique. Le commandement syrien a rejeté la responsabilité de l'incident sur les djihadistes et leurs alliés. Les autorités du pays ont rappelé qu'elles n'avaient jamais utilisé des armes chimiques contre les civils et les terroristes et que l'arsenal chimique syrien avait été retiré du pays sous le contrôle de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

    Dans une interview accordée à Sputnik, Bachar el-Assad a confirmé qu'aucune attaque n'avait eu lieu et qu'il s'agissait d'une provocation visant à justifier la frappe contre la base aérienne syrienne. Il a ajouté que la vidéo publiée par le Front al-Nosra en guise de preuve affirmait que l'attaque avait été menée entre 6h00 et 6h30. Cependant, l'armée syrienne n'avait entrepris aucune opération à cette heure. Plus encore, la vidéo filmée par les Casques blancs est contraire à la version sur l'utilisation du gaz sarin: Bachar el-Assad a signalé que les secouristes n'auraient pas survécu s'ils avaient travaillé sans porter un masque et des gants.

    Dossier:
    Attaque chimique de Khan Cheikhoun (avril 2017) (97)

    Lire aussi:

    L’enquête sur Khan Cheikhoun «menée dans un État ennemi de la Syrie»
    Le Front al-Nosra prépare une provocation au sarin à Khan Cheikhoun et Kefraya
    Damas: le rapport de l'OIAC sur Khan Cheikhoun basé sur les données des djihadistes
    Représentant russe à l'OIAC: une enquête sur Khan Cheikhoun n'intéresse pas l'Occident
    Tags:
    enquête, attaque chimique, expert, Khan Cheikhoun, Idlib, Syrie, Moscou, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik