Ecoutez Radio Sputnik
    Corée du Nord

    Qu’est-ce qui gêne la reprise des négociations à six sur la Corée du Nord?

    © Sputnik. Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    4140

    Moscou voudrait bien savoir ce qui empêche les États-Unis de revenir à la table des négociations sur les problèmes de la péninsule coréenne.

    La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a avoué aujourd'hui, au cours d'un point presse, le refus des États-Unis de revenir aux négociations à six sur les problèmes de la péninsule coréenne était un mystère pour Moscou.

    «Rien ne nous en empêche», a-t-elle répondu à une question sur les obstacles empêchant la Russie de conjuguer les efforts avec les États-Unis afin de résoudre les problèmes de la péninsule coréenne.

    Elle a ajouté qu'il fallait plutôt demander aux États-Unis pourquoi ils ne coopéraient pas avec la Russie sur cette question.

    «Le plus intéressant est que rien n'empêche non plus les Chinois. Tout nous réussit dans ce domaine, avec les Chinois: échanges d'informations et d'estimations, déclarations communes, consultations. Ne nous demandez pas pourquoi quelque chose — si ce quelque chose existe — empêche nos collègues de Washington de se mettre à la table, de reprendre le processus de négociations, peut-être même de préparer de nouveaux formats. Interrogez-les», a suggéré la diplomate.

    La veille, l'ambassadeur adjoint de Russie auprès de l'Onu, Vladimir Safronkov, a appelé dans son intervention au Conseil de sécurité à relancer les négociations à six sur les problèmes de la péninsule coréenne.

    Les négociations à six sur la dénucléarisation de la péninsule coréenne ont débuté en août 2003. Elles ont réuni des diplomates de haut rang de Russie, des deux Corées, des États-Unis, de Chine et du Japon. Au cours des négociations, la Corée du Nord a gelé son programme nucléaire et a même entamé le démantèlement d'un réacteur du centre de recherches nucléaires de Yongbyon.

    Cependant, depuis 2008, le dialogue est pratiquement dans l'impasse suite à une mésentente entre Washington et Pyongyang sur le mode de vérification de la liste des programmes nucléaires à présenter par la Corée du Nord, ainsi qu'au refus du Japon et de la Corée du Sud de livrer du combustible pour les centrales électriques nord-coréennes en échange de l'abandon du programme nucléaire.

    Lors du séjour à Moscou du Président chinois Xi Jinping, les 3 et 4 juillet, la Russie et la Chine ont signé une déclaration commune sur les problèmes de la péninsule coréenne. Les deux pays ont proposé à la Corée du Nord de proclamer un moratoire sur les essais nucléaires et les tests de missiles balistiques et aux États-Unis et à la Corée du Sud de ne pas organiser des manœuvres conjointes d'envergure. 

    Lire aussi:

    Nucléaire nord-coréen: Pyongyang lance un ultimatum à Washington
    Nucléaire nord-coréen: Trump annoncera-t-il des propositions «inattendues»?
    Créer des conditions qui poussent la Corée du Nord à renoncer à l’arme nucléaire
    Tags:
    nucléaire coréen, reprise, négociations, Maria Zakharova, Xi Jinping, Corée du Nord, Chine, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik