Ecoutez Radio Sputnik
    Au Pakistan, il crée ses propre robots-serveuses, les clients de sa pizzeria ravis

    Au Pakistan, il crée ses propre robots-serveuses, les clients de sa pizzeria ravis

    © AFP 2019 SS MIRZA
    International
    URL courte
    389

    Les trois nouvelles serveuses d'une pizzeria chic font sensation à Multan, ville particulièrement conservatrice plus connue pour ses tombeaux soufis et ses crimes d'honneur que pour sa vie nocturne: Rabia, Annie et Jennie sont les premières robots de restaurant au Pakistan.

    "C'est un nouveau type de service, c'est moderne", se réjouit un client, Hamid Bashir, cité par l'AFP, voyant arriver l'une des automates, un sommaire robot blanc avec deux petits écrans animés en guise d'yeux, et d'un joli foulard autour du cou pour accompagner ses formes légèrement féminines. "Nous trouvons cela bien, c'est amusant pour les enfants".

    Les serveuses sont l'oeuvre du propriétaire de Pizza.com, Ossama Jafari, un jeune ingénieur, selon qui elles ont attiré de nombreux nouveaux clients dans son restaurant.

    M. Jafari, qui a étudié à la National University of Science and Technology, une bonne université d'Islamabad, dit avoir été inspiré par des vidéos de robots serveurs en Chine, et s'être lancé à construire un prototype avec le soutien de ses parents. "La réaction a été incroyable. Les gens adorent cela," se réjouit-il.

    Il assure avoir fabriqué et acheté tous les composants localement, pour un coût de 600.000 roupies (5.000 euros).
    Il s'est déjà attelé à la deuxième génération, qu'il veut rendre plus interactive pour qu'elle puisse répondre aux questions des clients, et espère équiper l'autre restaurant familial, un peu plus au sud à Hyderabad.

    Lire aussi:

    Potica ou pizza? Quand le Pape et Mélania Trump discutent cuisine
    «Pizza-Kanzler» ou quand le chef du gouvernement autrichien livre les pizzas
    Boris Johnson préfère la pizza au bortsch ukrainien
    Tags:
    serveuse, pizza, robot, Pakistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik