International
URL courte
Nucléaire coréen (374)
10612
S'abonner

Les États-Unis envisagent d’utiliser des satellites commerciaux pour se tenir au courant des «activités» de la Corée du Nord, y compris des lancements de fusées qu’elle effectue régulièrement depuis quelques temps.

Les États-Unis examinent la possibilité d'utiliser d'ici 2018 des satellites commerciaux, fabriqués dans la Silicon Valley (Californie), pour surveiller l'«activité» de Pyongyang en matière de Défense, relate le journal The New York Times.

Il est à noter que de nos jours, les satellites américains destinés à effectuer une reconnaissance des «lignes ennemies» en Corée du Nord ne couvrent qu'un tiers de son territoire intégral.

Pour rappel, la Corée du Nord aurait récemment testé un petit moteur de fusée, a annoncé mercredi un site de surveillance alors qu'un responsable américain a suggéré qu'il pourrait s'agir d'une étape supplémentaire du développement d'un missile balistique intercontinental.

Mais les chercheurs du 38 North, groupe qui dépend de l'université John Hopkins à Washington, restent prudents. Il «n'est pas possible» selon eux de confirmer que ce dernier essai concernait un ICBM sur la base des seules images satellites.

Depuis début 2016, le pays reclus a mené deux essais nucléaires et tiré des dizaines de missiles, au mépris des résolutions de l'Onu qui lui interdisent tout programme nucléaire ou balistique. Pyongyang cherche à mettre au point un ICBM capable de transporter une charge nucléaire sur le continent américain.

Dossier:
Nucléaire coréen (374)

Lire aussi:

La Corée du Nord tire un nouveau missile balistique
L'UE examinera la possibilité de renforcer les sanctions contre la Corée du Nord
La Corée du Nord confirme avoir testé avec succès un missile intercontinental (images)
Il dit être contaminé et tousse sur les gendarmes venus l’interpeller pour violences conjugales
Tags:
satellite, nucléaire, missiles intercontinentaux, États-Unis, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook