Ecoutez Radio Sputnik
    Amnesty International

    S’agit-il de violations des droits de l’homme ou de mesures de précaution en Turquie?

    CC BY 2.0 / backpacker01
    International
    URL courte
    673

    Amnesty International a annoncé que sa directrice en Turquie, Idil Eser, ainsi que sept autres militants de la défense des droits humains et deux formateurs ont été arrêtés et placés en détention en secret. Dans un entretien avec Sputnik, Sevim Salihoğlu, de l'Association turque des droits de l'homme, a critiqué ce comportement d’Ankara.

    L'ONG Amnesty International a affirmé jeudi que sa directrice en Turquie, Idil Eser, avait été arrêtée la veille en compagnie de onze autres personnes, dans un hôtel de Buyukada, une île située au sud d'Istanbul. Ankara ne commente pas cette information, mais selon l'Association turque des droits de l'homme, les personnes interpellées seraient accusées de soutenir une organisation terroriste.

    Amnesty International
    © AFP 2019 GUILLEMETTE VILLEMIN

    «C'est une violation grave. Nous sommes effrayés et abattus par cet événement. C'est parfaitement inadmissible. Nulle part ailleurs les militants des droits de l'homme ne sont autant persécutés, car ils sont sous la protection des Nations unies. Cela est régi par toute une série d'accords, signés y compris par la Turquie», a rappelé à Sputnik Sevim Salihoğlu, représentante de l'Association turque des droits de l'homme.

    Selon l'interlocutrice de l'agence, une telle interpellation de militants des droits de l'homme et d'opposants au Président Recep Tayyip Erdogan et d'autant plus leur accusation d'espionnage de la part de la presse engagée est parfaitement inadmissible.

    Quoi qu'il en soit, tous en Turquie ne sont pas de cet avis, loin s'en faut. Ainsi, Mehmet Metiner, député du Parti de la justice et du développement turc (AKP) au pouvoir, et membre de la commission parlementaire pour les droits de l'homme, a vivement critiqué l'action des ONG dont les représentants venaient d'être arrêtés.

    «Nous ne pouvons pas ne pas réagir aux agissement d'un groupe d'individus qui prétendent être défenseurs des droits de l'homme ou journalistes, tout en accordant un soutien à des organisations terroristes faisant la guerre à la Turquie. Nous devons assurer notre sécurité nationale», a indiqué le parlementaire à Sputnik.

    Un autre interlocuteur de l'agence, Aykut Diş, leader du mouvement des jeunes du Parti Vatan (Patie), a pour sa part relevé que les véritables objectifs des ONG se déclarant de défense des droits de l'homme se distinguaient souvent de ceux qu'elles proclamaient.

    «On sait bien que de telles organisations coopèrent étroitement avec les services secrets occidentaux et peuvent […] en être des instruments», n'a pas exclu M.Diş.

    La presse constate que pour le moment, les autorités turques ne commentent aucunement l'interpellation des membres d'Amnesty International et ne leur notifient pas non plus d'accusation.

    Depuis le coup d'État avorté du 15 juillet 2016, les purges et les arrestations se poursuivent en Turquie.

    Lire aussi:

    Amnesty International: la Turquie abat et expulse les réfugiés syriens
    Amnesty International dévoile des violations des droits des réfugiés en Turquie
    Le rapport d’Amnesty International, pure propagande
    Trump met fin à la guerre commerciale, le Canada reste méfiant
    Tags:
    militants, arrestation, purge, coup d'Etat, ONG, Sputnik, ONU, Amnesty International, Recep Tayyip Erdogan, Aykut Diş, Mehmet Metiner, Sevim Salihoğlu, Idil Eser, Istanbul, Ankara, Turquie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik