International
URL courte
40416
S'abonner

Les dirigeants des États-Unis, de la Corée du Sud et du Japon croient nécessaire de reprendre un «dialogue sérieux» visant à faire renoncer la Corée du Nord à son programme nucléaire.

Le Président américain Donald Trump, le Premier-ministre japonais Shinzo Abe et le dirigeant sud-coréen Moon Jae-in se sont mis d'accord pour continuer la coopération «pour exercer une pression maximale sur la Corée du Nord» afin qu'elle change sa politique et rennonce aux «actions provocatrices et menaçantes», indique la déclaration commune, publiée à l'issue de leur rencontre lors du sommet du G20 à Hambourg.

«Les trois dirigeants ont souligné qu'ils sont prêts, ainsi que le reste de la communauté internationale, à offrir un avenir meilleur à la Corée du Nord si elle retrouve le droit chemin. Les États-Unis, la République de Corée et le Japon n'accepteront jamais une Corée du Nord dôtée d'armes nucléaires», précise le document.

En outre, ils ont convenu de «prendre les mesures nécessaires au retour d'un dialogue sérieux sur la dénucléarisation».

Les trois dirigeants ont également condamné le lancement d'un missile balistique que Pyongyang avait effectué mardi 4 juillet. Selon eux, il s'agit d'une grave escalade de la situation et d'une violation directe de plusieurs résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu, ce qui «démontre la menace croissante que la Corée du Nord représente pour les États-Unis, pour la République de Corée et pour le Japon, ainsi que pour les autres pays du monde».

La Corée du Nord a effectué mardi matin, à 9h40 heure locale, un nouveau tir de missile intercontinental en direction de la mer du Japon. Le missile à moyenne portée tiré depuis l'aéroport de Panghyon a parcouru 930 km, le vol a duré 40 minutes. Le missile s'est écrasé en mer du Japon et n'a pas causé de dommages.

Tokyo a dénoncé une provocation et jugé inadmissibles les tirs de missiles à répétition réalisés par la Corée du Nord, qui représentent une violation flagrante des résolutions du Conseil de sécurité de l'Onu. La Corée du Sud, le Japon et la Chine ne toléreront pas de nouveaux tests de missiles nord-coréens, a estimé Donald Trump. Les États-Unis, soutenus par la France, s'apprêtent à déposer à l'Onu dans un futur proche un projet de résolution instaurant de nouvelles sanctions contre Pyongyang.

 

Lire aussi:

Une deuxième vague de Covid-19, «c’est presque certain», affirme un infectiologue japonais
Tensions dans le centre de Marseille où la police tente de disperser les manifestants - vidéos
Un homme de 75 ans en sang: les policiers de Buffalo démissionnent par solidarité avec leurs deux collègues suspendus
Engagement de GI en Tunisie: Washington accuse Moscou et tente de doubler Paris
Tags:
Moon Jae-in, Shinzo Abe, Donald Trump, États-Unis, Japon, Corée du Sud, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook