International
URL courte
7638
S'abonner

Sputnik a reçu de la part de la police fédérale irakienne la première vidéo présentant des épouses de terroristes de Daech à Mossoul, trois femmes ayant répondu aux questions devant une caméra après leur évacuation de la ville, en proie à de violents combats.

Les femmes qui ont accepté de répondre à des questions devant la caméra sont innocentes, a estimé Shakir Jaudat, chef de la police fédérale irakienne, lors d'un entretien avec Sputnik.

«Si elle avaient été impliquées dans des crimes, elles n'auraient pas accepté d'être filmées», a expliqué l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter que les dépositions de ces femmes étaient utilisées dans l'enquête, tandis qu'elles resteront en liberté.

La première femme a raconté qu'elle avait été forcée par son oncle d'épouser un terroriste, lui aussi membre de Daech. Il l'a fait pour obtenir une promotion au sein de l'organisation. L'oncle a été tué il y a deux ans, mais la femme ignorait le sort de son mari. Elle est restée seule avec son enfant de douze mois. Elle a dit qu'elle ne pouvait pas fuir, son mari l'ayant gardé en captivité au sous-sol pendant plus d'une année. On l'a menacée de mort lorsqu'elle a tenté de contacter les frères de sa mère qui servaient dans l'armée irakienne.

La deuxième femme a répondu par l'affirmative à la question de savoir si elle était l'épouse d'un terroriste de Daech. Plus tard, elle a raconté que son mari avait été tué, tout comme son père qui était aussi membre de Daech.

La troisième femme berçait son bébé pendant l'enregistrement. Son mari a été tué par une frappe aérienne. Il avait prêté allégeance à Daech lorsque les djihadistes avaient envahi la ville de Mossoul en 2014.

Selon le chef de la police fédéral irakienne, on doit s'attendre dans les jours qui viennent à des dizaines, voire des centaines de femmes terroristes de Daech qui essaieront de quitter les quartiers libérés de Mossoul, en se mêlant à des réfugiées. Chez Daech, les femmes travaillent comme snipers ou comptables. Elles sont impliquées dans des crimes contre les civils et sont particulièrement cruelles envers les femmes.

L'offensive de l'armée irakienne visant à éliminer les djihadistes de Daech de la province de Ninive et de sa capitale, Mossoul, a été lancée en octobre 2016. Les troupes gouvernementales sont appuyées par des milices populaires et l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Le 18 juin 2017, l'armée irakienne a lancé l'assaut sur la vieille ville de Mossoul, toujours contrôlée par les djihadistes de Daech. Située sur la rive occidentale du Tigre, qui coupe la cité en deux, la vieille ville, dernier bastion du groupe terroriste à Mossoul, est un dédale de petites rues densément peuplées. L'avancée des blindés y est impossible et l'usage d'armes lourdes risque de mettre en péril la population civile.

Lire aussi:

Le SDF décédé au commissariat de Béziers filmé lors de son interpellation musclée – vidéo
Covid-19, en continu: la Belgique dépasse la barre des 3.000 morts
Trump réagit à l’envoi de matériel médical par la France à l’Iran
Macron préparerait déjà l’après-confinement, avec de grandes annonces en juillet
Tags:
offensive de Mossoul, Sputnik, Etat islamique, Raid Shakir Jaudat, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook