International
URL courte
1010
S'abonner

Après deux attaques informatiques d’envergure qui ont paralysé plusieurs pays, à savoir WannaCry et Petya, d’autres pourront arriver à l’avenir, tout en devenant «une tendance triste».

D'après le directeur pour le développement de la sécurité de la société spécialisée dans la sécurité des systèmes d'information Kaspersky Lab, Andreï Souvorov, les deux attaques informatiques WannaCry et Petya peuvent être considérées comme les premières étapes entreprises par des cybercriminels.

«Étant donné que cette histoire vient seulement de commencer, on peut dire qu'il s'agit de premières tentatives, d'une sorte de répétition», a indiqué M.Souvorov.

Et de préciser qu'Eugène Kaspersky, dirigeant de Kaspersky Lab, avait déjà parlé à plusieurs reprises avant l'attaque WannaCry que «les [logiciels de, ndlr] rançons pourront devenir une tendance assez triste en 2017».

Selon l'expert, la dépendance des entreprises vis-à-vis des technologies est maintenant considérable.

L'attaque du virus-extorqueur Petya a été lancée mardi 27 juin. Elle a touché plusieurs sociétés pétrolières, financières et de télécommunications en Russie et en Ukraine, dont les entreprises russes Rosneft et Bashneft, le sidérurgiste Evraz, les filiales ukrainiennes de Mars et Nivea ainsi que certains producteurs d'électricité.

La cyberattaque utilisant le virus WannaCry a touché plus de 200.000 utilisateurs dans 150 pays le 12 mai dernier. Les hackers ont alors utilisé un maliciel modifié de l'Agence de sécurité nationale des États-Unis (NSA).

Lire aussi:

Un clone de WannaCry sévirait en Chine
Un virus semblable à WannaCry frappe plusieurs entreprises du monde
Pyongyang derrière le virus WannaCry? C’est ce que les USA affirment
Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
Tags:
cyberattaque, Kaspersky Lab, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook