International
URL courte
1182
S'abonner

Le Kremlin appelle les pays membres du Conseil de l’Europe à ne pas laisser la «crise», observée au sein de son Assemblée parlementaire, se propager sur d’autres structures de cette organisation.

Privée depuis deux ans du droit de vote au sein de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), la Russie a jugé nécessaire d'éviter que cette mesure n'influence d'autres organismes du Conseil de l'Europe, indique un communiqué diffusé par le ministère russe des Affaires étrangères.

«La Russie appelle tous les membres des gouvernements et des parlements, des partis politiques et des sociétés civiles des pays membres du Conseil de l'Europe à ne pas laisser la crise de l'Assemblée s'étendre à d'autres structures du Conseil de l'Europe», précise le communiqué en question.

APCE
© Sputnik . Vladimir Fedorenko
D'après le ministère russe des Affaires étrangères, il faut éviter une situation où, suite à des décisions prises par l'APCE, des gouvernements de pays membres du Conseil de l'Europe deviennent «otages de faux stéréotypes et d'objectifs frauduleux» annoncés par l'Assemblée.

«Nous sommes convaincus que l'APCE, en tant qu'organe consultatif du Conseil de l'Europe, ne dispose pas de droits, ni de mandat pour agir de cette façon», relate le communiqué.

Après le rattachement de la Crimée à la Russie en 2014, l'APCE a adopté une résolution condamnant les actions de Moscou. Début janvier 2015, l'APCE a privé la Russie de son droit de vote, laquelle a réagi en suspendant son activité au sein de cette structure.

En réponse, la Russie, qui fait partie des pays contribuant le plus au financement du Conseil de l'Europe avec l'Allemagne, la France, l'Italie, le Royaume-Uni ou encore la Turquie, a pris la décision de bloquer complètement ses cotisations.

Lire aussi:

La Russie attend le rétablissement de ses pouvoirs à l’APCE
Russie: l’APCE harcèle les partisans d'un retour au dialogue avec Moscou
11 millions d’euros en moins, l’APCE privée d’un tiers des subventions russes
«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Tags:
crise, cotisations, Conseil de l'Europe, Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe (APCE), Europe, Moscou, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook