International
URL courte
1447
S'abonner

Une avocate russe soupçonnée d’avoir fourni des informations compromettantes sur Hillary Clinton au fils de Donald Trump a nié en bloc ces allégations. Elle affirme ne jamais avoir eu l’intention d’influencer les résultats des élections présidentielles aux USA.

L'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa a nié l'accusation selon laquelle elle aurait aidé le gouvernement russe à influencer les résultats des élections présidentielles aux États-Unis.

«Non», a-t-elle répondu à la question visant à savoir si elle était liée au gouvernement russe posée par le présentateur de l'émission TODAY de la chaîne NBC News.

«Je n'ai jamais eu d'information compromettante ou secrète sur Hillary Clinton. Je n'ai jamais eu l'intention de posséder une telle information», a ajouté la juriste.

Le présentateur a également demandé à Mme Vesselnitskaïa pourquoi le fils du Président américain, Donald Trump Jr., avait eu l'impression qu'elle possédait des informations concernant le Comité national démocrate.

«Peut-être qu'ils voulaient vraiment obtenir une telle information. Ils voulaient tellement l'obtenir qu'ils entendaient seulement ce qui les intéressait», a déclaré l'avocate.

Auparavant, le journal New York Times a annoncé qu'en 2016 l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa, soupçonnée d'avoir des «liens avec le Kremlin», avait rencontré Donald Trump Jr. en affirmant qu'elle avait des documents compromettants sur l'ex-candidate au poste présidentiel Hillary Clinton.

Le fils du Président a confirmé cette rencontre dans un communiqué, et expliqué qu'il s'agissait d'une «courte réunion de présentation» portant principalement sur un programme d'adoption russo-américain auquel Moscou a mis fin. Selon lui, «les matériaux compromettants» ont été utilisés uniquement comme prétexte pour cette rencontre et il s'est très vite avéré que Mme Vesselnitskaïa «n'avait pas d'information importante».

Lundi, le porte-parole du président russe Dmitri Peskov a déclaré que le Kremlin ne possédait aucune information sur une quelconque avocate russe qui aurait promis à Donald Trump Jr. de lui livrer des preuves compromettantes sur Hillary Clinton.

Rappelons qu'en janvier, avant l'investiture de Donald Trump, les médias américains ont annoncé que les agences de renseignement du pays enquêtaient sur des liens présumés entre des membres de son équipe et le Kremlin.

Les autorités russes et américaines ont nié à plusieurs reprises avoir des liens politiques ou d'affaires entre elles.

Lire aussi:

Hillary Clinton soupçonnée de corruption
Le Sénat US ouvre une enquête sur Hillary Clinton
Une républicaine US accuse Hillary Clinton d’être sous les commandes de Moscou
Tags:
élection présidentielle, avocat, données compromettantes, Moscou, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook