International
URL courte
13413
S'abonner

L’attitude amicale de M.Trump à l’égard de M.Poutine durant leur rencontre en marge du G20 ne signifie pas qu’il y aurait une compréhension commune sur les problèmes actuels. En effet, quelques jours avant le sommet, le discours du Président américain en Pologne a été remarqué pour sa russophobie, estime un eurodéputé.

Le député du Parlement européen Jaromir Kohlicek a partagé avec Sputnik son point de vue sur la rencontre entre les Présidents russe et américain en marge du sommet du G20 à Hambourg. Selon lui, le Président américain est très imprévisible, ce qui explique pourquoi il ne faut pas s'attendre à ce que les deux pays réussissent à s'entendre immédiatement sur leurs problèmes actuels. Mais tout de même, un réel réchauffement des relations sur le plan international a été atteint, y compris sur le cessez-le-feu dans le sud-est de la Syrie et sur la relance de la voie diplomatique afin de résoudre le conflit ukrainien.

En répondant à une question portant sur l'attitude différente de Donald Trump à l'égard de la Russie lors de sa rencontre avec le Président polonais et de sa rencontre avec le Président russe, le député a comparé Donald Trump à «un vin bourru», ayant expliqué que M.Trump est une personnalité très imprévisible sur sa politique. En Pologne, Trump s'est vu embarqué par la russophobie polonaise alors que sa rhétorique a été plus pragmatique lors de sa rencontre avec Vladimir Poutine.

«Vous savez, je crois que comme homme politique, Trump est comme un «vin bourru». Il est très bien quand vous le goûtez pour la première fois. Mais si l'on en boit un coup de trop, il vous donne mal à la tête. Nous attendions tous de voir ce qu'il se passerait après l'élection du nouveau Président américain, a-t-il déclaré. M.Trump est encore une inconnue dans le monde politique et il nous donnera parfois mal à la tête.

Il a également ajouté qu'aujourd'hui on pouvait voir des tentatives «d'interpréter tout ce qu'il se passait comme étant de la faute de la Russie: que ce soient des cyberattaques ou encore des interventions dans des campagnes électorales».

«Je prévois que de possibles anomalies lors des élections au Bundestag seront justifiées par la "main de Moscou"», a-t-il indiqué.

En répondant à une question demandant si la rencontre Poutine-Trump affaiblirait ces sentiments antirusses, M.Kohlicek a avancé que rien ne changerait au Parlement européen car beaucoup de députés polonais et baltes propageaient la russophobie dans l'UE.

«Il reste à espérer que la situation changera après les élections au Parlement européen de 2019. Peut-être qu'une partie des députés sera différente, l'Ukraine et la Pologne pourraient envoyer des députés européens plus pragmatiques à l'égard de la Russie. L'Ukraine peut actuellement faire face à un désastre économique, avec le peuple ukrainien comme première victime».

Lire aussi:

Le Kremlin dévoile qui a eu l’idée de la rencontre Poutine-Trump
«Conteurs de fables»: le Kremlin réagit à l’article du NYT sur la rencontre Trump-Poutine
Moscou: Trump «totalement d’accord» pour coopérer en matière de cybersécurité
«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Tags:
imprévisibilité, opinion, russophobie, Sputnik France, Parlement européen, Donald Trump, Vladimir Poutine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook