International
URL courte
Par
1113
S'abonner

Ce mercredi, la cérémonie organisée par l’union des démocrates turcs européens en mémoire des victimes du coup d’État manqué en 2016, se tiendra à Bruxelles, en présence du vice-Premier ministre turc. Le parti de Recep Tayyip Erdogan cherche-t-il à asseoir son influence sur la diaspora turque?

Le vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmus, se rendra à Bruxelles pour une cérémonie à la mémoire des victimes du coup d'État manqué en 2016. Les autorités belges ont accepté la tenue de cet évènement, mais redoutent les affrontements entre les pro-Erdogan et ses opposants, ou qu'il devienne une manifestation de soutien au régime d'Ankara. En effet, cette cérémonie est organisée par la branche belge de l'union des démocrates turcs européens (UETD), dont une partie des membres est favorable à l'AKP, le parti de Recep Tayyip Erdogan. Selon Tancrède Josseran, attaché de recherche à l'institut de Stratégie et des Conflits (ISC), le risque d'affrontement est quasiment inexistant, car les enjeux sont ailleurs:

«En réalité, il faut bien déceler les buts de la manœuvre, il s'agit pour le gouvernement turc de mettre les Européens face à leurs principes, au cœur de la capitale européenne. Le gouvernement turc joue en fait sur une double corde: la culpabilisation et la victimisation. La culpabilisation, c'est de dire aux Européens: comment vous qui êtes si sourcilleux en matière des droits de l'homme, avez-vous pu être si réservés dans vos condamnations lors du putsch de 15 juillet 2016? Et la victimisation, c'est grâce à ce boniment, de porter au pinacle, les 200 victimes civiles tuées lors de cette tentative de coup d'État et de relayer, le discours officiel qui tend à donner à l'Occident, à travers les États-Unis, une responsabilité dans la préparation de ce putsch.»

Face au succès de la «marche pour la justice», une manif monstre organisée par le Parti républicain du peuple (CHP, opposition) à Istanbul le 9 juillet dernier et qui aurait rassemblé jusqu'à 2 millions de personnes, le parti du président turc semble vouloir asseoir son influence sur la diaspora turque d'Europe. Tancrède Josseran nous décrit cette stratégie:

«Pour l'AKP, il s'agit de souder cette diaspora de plusieurs millions d'individus autour de l'idée de la notion de loyauté envers la mère patrie […] Le message est très simple: être fidèle à la Turquie, c'est être fidèle à Erdogan. Être fidèle à Erdogan, c'est être fidèle à la Turquie. Cela s'est vu particulièrement lors du référendum sur la refonte constitutionnelle au mois d'avril dernier, où les Turcs d'Europe ont, entre 60 et 80%, accordé leurs suffrages à ce projet. C'est ce qui a sans doute fait basculer le vote puisqu'en Turquie le résultat était beaucoup plus serré.»

L'AKP continue donc de séduire la grande majorité des Turcs d'Europe, ceux-ci étant particulièrement sensibles à l'idéologie du parti de Recep Tayyip Erdogan. Pour Tancrède Josseran, cela s'explique par les particularités sociales de cette diaspora:

«L'immigration turque depuis les années 60, 70, est une immigration qui vient principalement du plateau anatolien. C'est-à-dire, ceux que l'on appelle en Turquie, les Turcs noirs, qui sont plus conservateurs, plus nombreux, plus croyants et qui constituent le socle de tous les partis islamistes ou conservateurs en Turquie.»

Lire aussi:

Paris appelle les pays du Moyen-Orient à renoncer au boycott des produits français
L'évacuation policière de la terrasse d’un bar parisien fait polémique – vidéo
Netflix enregistre 800% de désabonnements en plus depuis septembre à cause des «Mignonnes»
Un cri d’alarme des élus de la Loire adressé à l’armée
Tags:
Parti de la justice et du développement (AKP) turc, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Belgique
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook