Ecoutez Radio Sputnik
    armée syrienne

    Les détails de la libération de Raqqa livrés par un officier de l’armée syrienne

    © Sputnik . Ilya Pitalev
    International
    URL courte
    26790
    S'abonner

    Un officier de l’armée syrienne évoque en exclusivité pour Sputnik les détails de l’opération à Raqqa.

    Devant les caméras de Sputnik, un officier syrien a commenté en exclusivité le déroulement de l'opération menée par l'armée syrienne et les forces alliées à Raqqa, «capitale» de Daech en Syrie. Il a raconté que l'infanterie était soutenue par les aviations russe et syrienne et que l'offensive était menée sur plusieurs axes en même temps.

    «Nous sommes déjà parvenus à placer sous notre contrôle 1.500 km carrés, des centaines de terrains agricoles, des villages, 400 puits pétroliers dont le pétrole a été vendu par les terroristes en Turquie», a raconté le militaire.

    Cet officier syrien a de plus souligné que le fait d'avoir coupé les communications de Daech entre Raqqa et la partie orientale de la province du Hama pouvait être considéré comme une réalisation stratégique.

    Le militaire a hautement apprécié l'aide de l'aviation russe pendant les attaques contre les convois de Daech. Il a cependant reconnu que les djihadistes pilonnaient les positions de l'armée syrienne. Des kamikazes à bord de voitures piégées tentent aussi régulièrement de pénétrer sur le territoire tenu par l'armée syrienne, mais les militaires repoussent leurs attaques.

    «L'armée syrienne prépare la reprise de l'aérodrome d'Al Tabka (dans la province de Raqqa). Le soutien aérien sera assuré par l'aviation russe», a dit l'officier précisant que les unités syriennes se trouvaient à 15 km de cet aérodrome militaire. 

    Lire aussi:

    «La libération de Raqqa prendrait des mois»
    Affrontements entre l’armée syrienne et les forces pro-américaines à Raqqa
    Les avions russes attaquent les djihadistes fuyant Raqqa vers Palmyre (vidéo)
    Tags:
    libération, Hama, Raqqa
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik