Ecoutez Radio Sputnik
    Israël ne s’immiscera pas dans les affaires intérieures syriennes

    Israël ne s’immiscera pas dans les affaires intérieures syriennes

    © East News. AP
    International
    URL courte
    202045621

    Israël n’a pas l’intention de s’immiscer dans les affaires intérieures syriennes, par contre, il ne tolérera pas non plus le renforcement des positions iraniennes dans le sud du pays, a déclaré le ministre israélien de la Défense, Avigdor Liberman.

    Commentant la situation en Syrie, le ministre israélien de la Défense Avigdor Liberman a fermement rejeté toute volonté d'ingérence dans les affaires intérieures syriennes.

    «Nous ne nous immisçons ni dans les affaires intérieures syriennes, ni dans celles de qui que ce soit. Nous sommes un État souverain avec une infrastructure très puissante. Nous nous portons bien et n'avons ni l'intention de viser quelqu'un ni la prétention de nous octroyer un territoire appartenant à un autre État», a déclaré M. Liberman au journal Kommersant, ajoutant qu'il n'y avait que quelques conditions qui pousseraient Israël à riposter.

    Ainsi, selon lui, Israël pourrait répondre en cas de menace contre sa souveraineté.

    «Quand des obus tirés par l'armée syrienne explosent sur notre territoire, nous répondons immédiatement et d'une façon très brutale», a-t-il précisé.

    Par contre, malgré le refus d'Israël d'intervenir dans les affaires syriennes, il n'est pas prêt à supporter le renforcement des positions iraniennes dans le sud du pays.

    «L'Iran transforme actuellement toute la Syrie, y compris le sud, en base d'opérations contre Israël. Nous ne sommes pas prêts à l'accepter ou à le tolérer. C'est pour cela que nous tenons à ce qu'ils n'y soient absolument pas présents. C'est l'une des conditions principales sur laquelle nous insistons», a-t-il conclu.

    Le cessez-le-feu sur le territoire syrien annoncé par Moscou et Washington vendredi le 7 juillet après un tête-à-tête entre le Président russe et son homologue américain est entré en vigueur le 9 juillet à midi (9h GMT). Il s'agit d'une nouvelle tentative de mettre fin aux hostilités qui ne cessent depuis six ans.

    Un responsable du département d'État américain a indiqué que de nouvelles discussions seront nécessaires pour définir plusieurs aspects essentiels de cet accord, à commencer par le contrôle de son application.

    Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré que l'accord incluait «la garantie d'un accès humanitaire et la mise en place de contacts entre l'opposition dans la région et un centre de contrôle qui sera établi dans la capitale jordanienne».

    Lire aussi:

    Syrie: la trêve conclue par la Russie, les USA et la Jordanie est entrée en vigueur
    La coalition US frappe des bâtiments résidentiels en Syrie, six morts
    La guerre a déjà coûté 200 mds EUR à la Syrie

    Lire aussi:

    Syrie: la trêve conclue par la Russie, les USA et la Jordanie est entrée en vigueur
    Israël menace de détruire les systèmes syriens de DCA
    Trêve en Syrie, un exemple d'une coopératon réussie entre la Russie et les USA
    Accord russo-américain: les USA «encouragés» par le cessez-le-feu dans le sud-ouest syrien
    Politique israélienne en Syrie, les masques tombent
    Tags:
    riposte, conflit, ingérence, politique, défense, Avigdor Liberman, Iran, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik