Ecoutez Radio Sputnik
    Un monument à Masha et Michka dans l'oblast de Volgograd (Russie)

    Vers le licenciement des fonctionnaires US «pour avoir regardé Masha et Michka»?

    CC BY-SA 3.0 / Le gouvernement de l'oblast de Volgograd / Une sculpture à Masha et Michka à Yelan.
    International
    URL courte
    2517
    S'abonner

    Washington peut aller encore plus loin dans sa «chasse aux sorcières» ou plus précisément dans sa traque contre les liens mythiques de son Président avec la Russie et limoger les hauts responsables américains qui osent brancher une série du dessin animé russe Masha et Mishka, affirme à Sputnik le sénateur russe Konstantin Kossatchev.

    Le délire occidental concernant les liens imaginés entre le Président Trump et de mystérieux «représentants russes» aux États-Unis a atteint un tel niveau que l'on peut s'attendre à des licenciements de hauts fonctionnaires pour des raisons ridicules, selon le chef du comité des affaires étrangères du Conseil de la Fédération, Konstantin Kossatchev.

    «A ce rythme, on commencera bientôt à limoger à Washington les fonctionnaires qui ont osé regarder Masha et Michka [dessin animé comique russe, ndlr]. Ce qui n'est, comme l'a pertinemment remarqué M.Trump, rien d'autre qu'une vraie chasse aux sorcières, une chasse qui semble juste dans l'esprit de la plupart des membres de l'establishment américain», a déclaré le sénateur à Sputnik.

    Après l'annonce des résultats de l'élection présidentielle américaine, un rapport de la CIA cité par le Washington Post a accusé la Russie d'avoir pesé sur l'issue du vote en piratant des emails de membres du Parti démocrate durant la campagne. L'équipe de Donald Trump a rejeté ces conclusions, mais de nouvelles allégations portant sur de prétendus liens entre le nouveau chef d'État et tels ou tels fonctionnaires russes s'en sont suivies.

    Le dernier scandale porte sur Donald Trump Jr., qui a rencontré en 2016 l'avocate russe Natalia Vesselnitskaïa, soupçonnée d'avoir des «liens avec le Kremlin» et ayant promis de transmettre au fils de l'actuel Président des documents compromettants sur l'ex-candidate au poste présidentiel, Hillary Clinton. Le fils du Président a expliqué qu'il s'agissait d'une «courte réunion de présentation» portant principalement sur un programme d'adoption russo-américain auquel Moscou a mis fin. Selon lui, «les matériaux compromettants» ont été utilisés uniquement comme prétexte afin d'organiser cette rencontre et il s'est très vite avéré que Mme Vesselnitskaïa «ne détenait pas d'informations importantes».

    Le dessin animé comique Masha et Michka a pour sa part essuyé des critiques de la part des militants ukrainiens, qui estiment que la série reflèterait «les pires idées propagandistes» et «déformerait la conscience des enfants». Selon le professeur de l'Université de Tallinn Priit Hybemiagui, le dessin animé serait un outil «d'une guerre hybride».

    Entre-temps, les auteurs de Masha et Michka croient que si les autorités donnent suite à de pareilles accusations, ce seront seulement les chaînes de télévision qui en subiront les répercussions. La seule chaîne YouTube ukrainienne de Masha et Michka décompte plus de 900.000 abonnés tandis que ses vidéos ont été visionnées plus de 750 millions de fois au total.

    Lire aussi:

    Pour accéder à la Tour Eiffel ce soir, vous devez être… Trump
    Melania Trump débarque à Paris comme une vraie Jackie Kennedy
    «Ingérence russe»: Trump révèle des détails de son dialogue avec Poutine
    Tags:
    hypothèse, relations, complot, licenciement, Donald Trump, Konstantin Kossatchev, Washington, Moscou, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik