International
URL courte
16411
S'abonner

De nombreux Turcs ont eu la surprise - bonne ou mauvaise, selon leur orientation politique - d'entendre samedi soir dans leur téléphone la voix du Président Recep Tayyip Erdogan leur adressant un message à l'occasion de l'anniversaire du putsch manqué du 15 juillet.

«En tant que Président, je vous adresse mes vœux pour la Journée de la démocratie et de l'unité nationale», déclare Erdogan dans un message vocal enregistré.

«J'implore la compassion de Dieu pour nos martyrs», ajoute le chef de l'État turc, en référence aux quelque 250 personnes tuées l'année dernière lors de la tentative de putsch du 15 juillet.

Seuls les abonnés à Turkcell et à Vodafone, les deux principaux opérateurs de téléphonie mobile du pays, pouvaient entendre le message lorsqu'ils tentaient d'appeler l'un de leurs contacts, selon l'agence de presse progouvernementale Anadolu.

Cette initiative inédite de la présidence turque a suscité une avalanche de réactions sur les réseaux sociaux, les partisans du Président se félicitant de la démarche, quand ses opposants y voyaient une méthode de communication invasive.

Recep Tayyip Erdogan
© AP Photo / Lefteris Pitarakis
«Ça suffit. Maintenant, il s'introduit même dans nos téléphones. […] Ça ressemble à un cauchemar», a ainsi déploré un député du principal parti d'opposition (CHP, social-démocrate), Aykut Erdogdu.

L'année dernière, dans les jours qui avaient suivi la tentative de coup d'État, un SMS signé «R.T. Erdogan» avait été envoyé à des millions de Turcs, les appelant à poursuivre la «résistance héroïque» contre les putschistes.

La tentative de coup d'État a fait 240 morts, mais elle a aussi sans doute marqué la fin des interférences de l'armée dans la vie politique turque et ouvert la voie à une campagne de purges qui ont touché toutes les strates de la société.

Le putsch manqué a encouragé le nationalisme turc et creusé le fossé entre les partisans d'Erdogan, chantre d'un islamo-conservatisme très populaire dans les campagnes, et les militants laïques.

Lire aussi:

Erdogan refuse de choisir entre Trump et Poutine
Sommet du G20: Berlin dit «non» au meeting d'Erdogan
Erdogan prêt pour une nouvelle opération en Syrie
Un premier Français meurt du coronavirus à Paris
Tags:
putsch, Aysegul Erdogan, Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook