International
URL courte
405
S'abonner

L’information diffusée récemment par l’agence Reuters, qui citait le site suisse The Local, selon laquelle six pays arabes auraient demandé l’annulation du Mondial 2022 au Qatar n’a pas été confirmée.

Les six pays arabes, à savoir l'Arabie saoudite, le Yémen, la Mauritanie, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte, ne se sont pas adressés à la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) pour exiger que le Mondial 2022 soit réattribué à un autre pays en lieu et place du Qatar, a révélé Reuters. Plus tôt, cette information avait été relayée par la même agence qui s'était référée au site suisse The Local.

Le Mondial 2022 doit avoir lieu au Qatar pour la première fois en automne, du 21 novembre au 18 décembre.

L'Arabie saoudite, Bahreïn, l'Égypte et les Émirats arabes unis ont rompu le 5 juin leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de soutenir le terrorisme et de se rapprocher de l'Iran chiite, grand rival régional du royaume saoudien. Le Qatar, qui a le soutien de la Turquie, rejette fermement ces allégations.

Les quatre pays arabes demandent notamment au Qatar de rompre les relations diplomatiques avec l'Iran, de fermer la base militaire turque sur son territoire et de mettre fin à la diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera.

Doha a de son côté qualifié les requêtes d'irréalistes et a appelé à les réviser.

Lire aussi:

Crise du Golfe: privé du soutien de l’Occident, Riyad ne peut rien contre le Qatar
La France se prononce pour l’apaisement des sanctions à l’encontre du Qatar
Qatar: le ministre émirati des Affaires étrangères doute d’une issue rapide à la crise
«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Tags:
football, Mondial 2022, Arabie Saoudite, Egypte, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Mauritanie, Yémen, Qatar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook