Ecoutez Radio Sputnik
    «Mère de toutes les bombes»

    «Mère de toutes les bombes»: une frappe contre Daech ou des civils afghans?

    © Sputnik . Capture d'écran
    International
    URL courte
    Méga-bombe US: polémique autour d’une frappe US en Afghanistan (13)
    60255
    S'abonner

    Mi-avril, les États-Unis ont largué à Achin, district dans la province afghane du Nangarhâr, une méga bombe non-nucléaire, surnommée «mère de toutes les bombes». Sous couvert d’anonymat, un personnel de santé de la région a annoncé à Sputnik que depuis, les maladies de la peau et des yeux y devenaient de plus en plus fréquentes.

    Les symptômes révélés témoignent d'une irradiation qui serait due à la présence d'uranium à l'intérieur de la bombe larguée, a estimé l'interlocuteur de l'agence.

    «Dans un rayon d'un kilomètre, les animaux ont disparu et les gens souffrent de maladies de la peau et des yeux, ainsi que de troubles digestifs», a relevé l'homme.

    Et de prévenir que cela était extrêmement dangereux et pourrait avoir à terme des conséquences catastrophiques, voire des issues létales.

    «Cancer, fausses couches, anémie et maladies de la peau, tout cela n'est pas à exclure à l'avenir. L'explosion a été si puissante que 90% de la population des zones attenantes en ont été psychologiquement traumatisés», a indiqué le personnel de santé.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, l'un des témoins oculaires de l'explosion de la «mère de toutes les bombes», Abdul Qader, du district de Kut, a évoqué cet événement terrifiant.

    «La bombe a été larguée à neuf heures du soir, et on voyait les flammes de l'incendie de très loin. On avait l'impression que toute la montagne s'était embrasée. Bien que ma maison se trouve à 20 km du lieu de l'explosion, toutes ses vitres, comme celles des maisons voisines, ont volé en éclats. Toutes les plantes et tous les animaux aux alentours ont péri. Il se peut que des civils aient aussi péri, personne ne les avait prévenus du bombardement», a rappelé l'homme.

    Selon Washington, cette bombe conventionnelle de 9,8 tonnes et d'une puissance explosive comparable à 11 tonnes de TNT, a visé un réseau de tunnels et de grottes utilisé par Daech en Afghanistan. Quoi qu'il en soit, vu les conséquences bel et bien catastrophiques de ce bombardement, la question de savoir si cette frappe a visé des djihadistes de Daech ou des civils afghans reste ouverte.

    Les observateurs retiennent que près de trois mois après cette frappe peu chirurgicale, les retombées de l'utilisation de la «méga bombe» semblent encore imprécises. Alors que les responsables afghans ont finalement estimé que 94 combattants de Daech avaient été tués dans le fief de cette organisation terroriste, et qu'aucune victime civile n'était à déplorer, une enquête indépendante remet en question ces chiffres et s'interroge sur l'efficacité effective de l'arme utilisée.

    Dossier:
    Méga-bombe US: polémique autour d’une frappe US en Afghanistan (13)

    Lire aussi:

    Base militaire afghane attaquée: une onde de choc générée par la méga-bombe US
    Experts US: «La méga-bombe n’est qu’un grand bidon rempli d’explosifs»
    Ex-président afghan: la lutte contre Daech, prétexte pour tester la méga-bombe
    Quatre commandants de Daech tués par la méga-bombe US en Afghanistan
    Pourquoi utiliser «une méga bombe» en Afghanistan: le Pentagone s’explique
    Tags:
    terrorisme, civils, victimes, irradiation, cancer, maladies, explosion, bombe, Etat islamique, Sputnik, Abdul Qader, Washington, États-Unis, Nangarhar, Afghanistan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik