International
URL courte
Opération de libération de la ville de Mossoul (2017) (26)
105
S'abonner

Le chef du gouvernement irakien a admis que des cas de violation des droits de l'homme ont eu lieu lors de l'opération visant à libérer la ville de Mossoul, tout en pointant qu'il ne s'agit que de «cas précis», commis par inconscience ou dans le but de porter atteinte à l'image des forces de sécurité irakiennes.

Des cas de violation des droits de l'homme ont été commis lors de l'offensive de libération de Mossoul du joug islamiste, a déclaré le Premier ministre irakien Haïder al-Abadi, cité par l'AFP.

Le chef du gouvernement a précisé que des abus de ce genre avaient eu lieu dans «certains cas» et a promis que les auteurs de ces violations en répondront pleinement. D'après lui, les individus mêlés dans ces abus étaient soit «non consciencieux», soit ont agi dans les intérêts de Daech et dans le but de jeter l'ombre sur les forces de sécurité irakiennes.

Plus tôt en juillet, Amnesty International avait publié un rapport dans lequel cette ONG a accusé les États-Unis et la coalition internationale d'avoir violé le droit international et commis des crimes de guerre lors de l'offensive pour la reprise de Mossoul.

La coalition a réagi en qualifiant ce rapport d'«irresponsable».

L'offensive de l'armée irakienne visant à éliminer les djihadistes de Daech de la province de Ninive et de sa capitale, Mossoul, a été lancée en octobre 2016. Les troupes gouvernementales étaient appuyées par des milices populaires et l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

Dimanche 9 juillet, le commandant adjoint de l'unité de lutte antiterroriste, le lieutenant-général Abdel Wahab al Saidi, a hissé le drapeau irakien au-dessus du dernier repaire des terroristes dans la vieille ville de Mossoul, ce qui signifie la complète libération de la rive occidentale du Tigre.

Dossier:
Opération de libération de la ville de Mossoul (2017) (26)

Lire aussi:

Les journalistes bannis de Mossoul-Ouest en raison de combats
Libération de Mossoul: «La presse occidentale ne fait pas son boulot»
Général US: les coups de filet antiterroristes à Mossoul dureront encore quelques semaines
Quel avenir pour l’Irak après la libération de Mossoul?
Daech n’est pas le seul coupable de la mort de milliers de civils à Mossoul
Tags:
droits de l’homme, crimes de guerre, coalition anti-Daech, Haïder al-Abadi, Mossoul, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik