International
URL courte
2120
S'abonner

Le Président américain Donald Trump estime que l’ancien patron du FBI James Comey avait l’intention de se servir du «dossier sur la Russie» en tant que levier pour pouvoir continuer à occuper ses fonctions.

L'ex-chef du FBI James Comey voulait utiliser le «dossier sur la Russie» comme un moyen de pression pour ne pas perdre son travail, a déclaré mercredi Donald Trump au journal New York Times.

«Le Président a accusé James Comey, directeur du FBI qu'il a limogé en mai, d'avoir essayé de tirer parti d'un dossier compromettant pour conserver son travail», lit-on dans le journal.

«Oui, en regardant en arrière, je le pense», a commenté le chef de la Maison-Blanche.

James Comey a été limogé le 9 mai dernier, alors qu'il dirigeait l'enquête de la police judiciaire fédérale sur une possible ingérence de la Russie dans la campagne présidentielle américaine de 2016 et sur d'éventuels liens entre Moscou et l'équipe de campagne du candidat républicain de l'époque, Donald Trump.

De nombreuses accusations d'«ingérence russe» ont été adressées à Moscou par les États-Unis et certains pays européens dont la France, sans toutefois présenter de preuves tangibles.

Commentant ces allégations, le Président russe Vladimir Poutine a déclaré que les données divulguées suite aux attaques informatiques ne servaient en rien les intérêts de la Russie et que l'hystérie autour de l'affaire avait pour but de détourner l'opinion publique du contenu des documents. Le porte-parole de la présidence russe Dmitri Peskov a affirmé pour sa part que les allégations contre Moscou étaient «dénuées de tout fondement».

Lire aussi:

Trump fou de rage après l’émission sur le licenciement de Comey
Trump: l’enquête du ministère de la Justice sur Comey mène… au ministère de la Justice!
Trump accuse Comey de lâcheté
Les mémoires de Comey estimées à 10M USD
19,5 millions de personnes ont regardé l’audition de Comey en direct
Tags:
FBI, James Comey, Donald Trump, Russie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook