International
URL courte
16012
S'abonner

Des archives déclassifiées témoignent qu'en préparant une riposte à l'occupation du Koweït par l'armée de Saddam Hussein, la Dame de fer avait cherché à menacer l'Irak d'avoir recours à des armes chimiques et a même évoqué ce sujet avec le chef du Pentagone de l'époque, écrit le Financial Times.

L'ex-Première ministre britannique Margaret Thatcher a failli devenir le premier dirigeant politique depuis l'époque de la Première Guerre mondiale à employer des armes chimiques. Se référant à des archives déclassifiées, le journal Financial Times écrit que la Dame de fer avait examiné avec tout son sérieux la possibilité de menacer et, en conséquence, d'utiliser des arsenaux chimiques contre le Président irakien de l'époque, Saddam Hussein, suite à l'invasion du Koweït en 1990.

Comme le précise l'édition, le mandat de Margaret Thatcher touchait à sa fin et elle cherchait activement à soulever aussi bien les pays occidentaux que les États arabes contre le dirigeant irakien qui avait envahi le Koweït. Selon l'Agence centrale de renseignement américaine (CIA), l'armée irakienne aurait pu avoir recours à ses arsenaux chimiques si les forces tierces avaient tenté de la déloger du territoire occupé. Dans ce contexte, Margaret Thatcher a insisté sur la nécessité d'opposer une menace analogue.

«Nous devons convenir de ce qui sera notre réponse. Si nous voulons prévenir l'emploi d'armes chimiques, menaçant d'une riposte analogue, nous devons nous aussi mettre sur pied des armes chimiques», a-t-elle déclaré en octobre 1990 lors d'une conversation avec Dick Cheney, alors secrétaire américain à la Défense, lit-on dans le Financial Times.

D'après la transcription de la conversation, M.Cheney a alors dissuadé Mme Thatcher de ce projet à risques, expliquant que le Président George H. W. Bush était très mal disposé à l'égard des armes chimiques, indique le quotidien britannique.

Премьер-министр Великобритании Маргарет Тэтчер выступает на митинге во время визита Генерального секретаря ЦК КПСС Михаила Горбачева (в центре слева) в Великобританию
© RIA Novosti . Juri Abramochkin
Bien que la décision définitive n'ait jamais été adoptée, des responsables militaires américains ont reçu la consigne d'employer massivement des armes conventionnelles en cas d'attaque chimique. Ceci est en partie lié au fait que l'armée américaine «n'avait pas d'expérience» en matière de recours aux armes chimiques, est-il précisé.

Les archives déclassifiées citées par le Financial Times indiquent que la Dame de fer aurait cherché à persuader les États-Unis ne pas solliciter une résolution du Conseil de sécurité de l'Onu sanctionnant une intervention militaire en Irak, jugeant que ceci aurait pu avoir un impact sur les «projets de Bagdad». La Première ministre était tellement possédée par cette idée, qu'elle n'avait mis pratiquement aucun membre de son gouvernement au courant de la préparation d'une intervention militaire. «Moins les gens en savent, mieux c'est», écrivait-elle à l'époque.

Après la fin du conflit militaire en 1991, Mme Thatcher a avoué qu'elle était même prête à avoir recours à l'arme nucléaire. Cependant, elle n'a alors pas mentionné dans ses mémoires son intention de menacer d'user d'armes chimiques. Elle a également écrit que l'un de ses rares regrets était le fait qu'au moment de la libération du Koweït elle n'occupait plus le poste de Premier ministre, rappelle le Financial Times.

Lire aussi:

Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique
Irak: les armes chimiques de Saddam fabriquées avec l'aide de l'Occident
Tempête du désert, prologue des guerres du futur
Première rencontre Gorbatchev-Thatcher: Londres déclassifie les documents
Londres enquêtera sur le rôle de Margaret Thatcher dans l’assaut du Temple d'Or
Tags:
guerre, riposte, armes chimiques, Financial Times, Saddam Hussein, Dick Cheney, George H.W. Bush, Margaret Thatcher, Koweït, Irak, États-Unis, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook