International
URL courte
30470
S'abonner

La société irakienne rejette toute idée de présence de bases militaires étrangères, y compris américaines, sur le territoire de leur pays, a déclaré ce vendredi le Vice-Président irakien Nouri al-Maliki.

Évoquant le sujet des bases militaires étrangères implantées sur le territoire du pays, le Vice-Président irakien Nouri al-Maliki a fait comprendre qu'elles n'étaient pas les bienvenues en Irak.

«Nous ne voulons pas de base militaire à Al-Waleed, la société irakienne se prononce contre les bases militaires étrangères sur le territoire de notre pays. Nous ne sommes pas comme les Iraniens ou les Japonais qui saluent l'implantation des bases américaines», a-t-il déclaré dans une interview, accordée à Sputnik.

Par ailleurs, il n'a pas manqué l'occasion de pointer du doigt la présence dans le pays des forces armées américaines. «J'ai dit aux Américains, "ce n'est pas dans vos intérêts de retourner en Irak pour y construire des bases militaires"», a-t-il indiqué.

La campagne militaire américaine en Irak a duré de mars 2003 à décembre 2011. L'ex-Président des États-Unis, Barack Obama, a finalement tenu sa promesse électorale en mettant fin à la présence des soldats américains de l'Irak. Néanmoins, en 2014, Washington et ses alliés ont lancé une opération aérienne contre Daech en Irak et en Syrie. De plus, quelques milliers de conseillers américains et experts militaires restent sur le terrain pour aider des forces locales dans la lutte antiterroriste.

 

Lire aussi:

La Chine construit sa première base militaire à l’étranger
Les États-Unis construisent une nouvelle base militaire près d’Al-Tanf, en Syrie
L’Arabie saoudite ne donne pas son feu vert à la construction d’une base militaire turque
La Russie renforce sa base militaire au Tadjikistan par un bataillon de drones
Visiter une base militaire russe? C’est encore plus facile que vous ne croyez!
Tags:
militaires, militaires américains, base militaire, Nouri al-Maliki, Irak
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik