International
URL courte
942
S'abonner

Selon une source au sein des services de sécurité allemands, la Turquie suspecte 680 entreprises allemandes de soutenir le terrorisme. La précédente liste transmise à Berlin ne comprenait que 68 personnes physiques et morales.

Les autorités turques ont fourni à Berlin une liste de plus de 680 sociétés allemandes qu'elles soupçonnent d'entretenir des liens avec des terroristes, ce qui multiplie par plus de 10 le chiffre initial annoncé par certains médias allemands, selon une source au sein des services de sécurité du pays.

D'après le journal Die Zeit, cette liste comprend de grandes sociétés allemandes telles que Daimler et BASF AG.

Pourtant, le jeudi 20 juillet, le vice-Premier ministre turc Mehmet Simsek avait écrit sur sa page Twitter que cette information était «absolument fausse».

Auparavant, Ankara a transmis à Berlin une liste de 68 personnes et entreprises, dont le constructeur automobile Daimler et le groupe chimique BASF (Badische Anilin- & Soda-Fabrik). Comme l'affirment les autorités turques, les sociétés en question soutiennent le prédicateur Fethullah Gülen qu'Ankara considère comme impliqué dans le coup d'État de juillet 2016 en Turquie.

L'Office fédéral allemand de police criminelle (BKA) a demandé à la Turquie une explication justifiant l'élargissement de la liste, mais il n'a pas encore reçu de réponse.

Les relations politiques entre les deux pays restent tendues après l'arrestation du directeur de la filiale turque de l'organisation Amnesty International, ainsi que de cinq autres militants des droits de l'Homme, dont un ressortissant allemand, par Ankara et aux affirmations de cette dernière selon lesquelles l'Allemagne est devenue le principal pays-refuge pour les terroristes recherchés par la Turquie.

 

Lire aussi:

L’Allemagne, «le principal pays» où se cachent des terroristes, selon Ankara
Bild: Berlin ne livrera plus d'armes à Ankara
On ne peut plus faire comme avant: Berlin réoriente sa politique à l'égard d’Ankara
Tensions Berlin-Ankara: le PM turc annule sa rencontre avec un ministre allemand
Ankara: la politique hostile de Berlin lui ferme l’accès à la base turque d’Incirlik
Tags:
liste noire, terrorisme, soutien, Amnesty International, BASF, Daimler, Fethullah Gülen, Ankara, Turquie, Berlin, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook