Ecoutez Radio Sputnik
    Ancien du Djihad islamique : les Frères musulmans ignorent les principes du Coran

    Les Frères musulmans empêchent la reprise des relations diplomatiques entre Tunis et Damas

    © Photo: AP/Mohammad Hannon
    International
    URL courte
    1116

    Selon un haut responsable du parti de la Fédération des forces syriennes, les Frères musulmans empêchent le rétablissement des relations diplomatiques entre la Tunisie et la Syrie rompues en 2012.

    L'Assemblée des représentants du peuple tunisien (ARP) a rejeté mercredi 19 juillet le projet de pétition demandant le rétablissement des relations diplomatiques avec la Syrie. Pour le conseiller du secrétaire général du parti de l'Union des forces syriennes (opposition) Saad al-Qassir, contacté par Sputnik, les députés tunisiens ont ainsi dit non à la lutte conjointe contre le terrorisme.

    Selon lui, la décision du parlement s'explique par l'influence que les Frères musulmans continuent d'exercer sur la vie politique en Tunisie, bien qu'ils aient été écartés du pouvoir.

    «Certaines forces politiques tunisiennes sont toujours attachées à la politique de ce groupe connu pour ses opinions extrémistes et son attitude partiale envers les dirigeants syriens», a déclaré l'interlocuteur de l'agence.

    Il a invité le Président tunisien Béji Caïd Essebsi à intervenir dans cette situation afin d'aider à restaurer les relations entre les deux pays.

    En février 2012, sous la présidence de Moncef Marzouki, de concert avec les pays du Conseil de coopération du golfe Persique, la Tunisie avait rompu ses relations avec le gouvernement syrien.

    Lire aussi:

    Libye: Ankara envoie des armes aux Frères musulmans
    Soldats US et les Frères musulmans: ce point commun qui fait tache…
    Le Qatar refuserait-il de soutenir les Frères musulmans ?
    Les Frères musulmans ont-ils un avenir en Egypte ?
    Le tribunal égyptien a commué la peine du leader des Frères musulmans
    Tags:
    crise syrienne, reprise de relations, Frères musulmans, Saad al-Qassir, Syrie, Tunisie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik