Ecoutez Radio Sputnik
    Ghouta Est en Syrie. Archive photo

    L’accord sur la désescalade en Syrie, de quoi témoigne-t-il?

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    0 50

    Les arrangements entre la Russie et l’opposition syrienne au Caire, portant sur le fonctionnement des zones de désescalade en Syrie, font preuve de la bonne volonté de tous de déraciner le terrorisme et d’aider le peuple syrien, estime Youri Chvytkine, vice-président du Comité de la Douma pour la Défense.

    Commentant la signature d'accords entre les militaires russes et l'opposition modérée syrienne sur les principes de fonctionnement de la zone de désescalade à Ghouta Est, le vice-président du Comité de la Douma pour la Défense Youri Chvytkine estime qu'il s'agit d'un très bon signe pour la lutte antiterroriste conjointe.

    «Bien sûr, on ne peut que saluer ces nouveaux accords visant la désescalade des tensions en Syrie parce qu'ils démontrent la bonne volonté de tout le monde de déraciner Daech et d'aider le peuple syrien», a-t-il déclaré dans une interview, accordée à Sputnik.

    Par ailleurs, M.Chvytkine a souligné que le Comité de la Douma sur la Défense coopère très étroitement avec le ministère russe de la Défense afin de pouvoir fournir, au cas de besoin, une aide législative en lien avec les questions concernant l'organisation du convoi humanitaire en Syrie

    Des accords sur le fonctionnement de la zone de désescalade à Ghouta Est en Syrie ont été signés à l'issu de pourparlers entre les militaires russes et l'opposition syrienne au Caire, en Égypte, a relaté samedi 22 juillet le ministère russe de la Défense. Les documents définissent entre autres les zones de désescalade, les lieux de déploiement et les pouvoirs des forces de surveillance de désescalade ainsi que les voies d'acheminement de l'aide humanitaire et du libre passage des citoyens.

    La création de deux nouvelles zones de désescalade a été approuvée lors de la cinquième session de pourparlers sur la situation en Syrie qui s'est ouverte le 4 juillet à Astana sous l'égide de la Russie, de l'Iran et de la Turquie, pour étudier la possibilité de la mise en place de «zones de désescalade».

    Lire aussi:

    Syrie: entrée en vigueur d'un cessez-le-feu dans plusieurs secteurs de la Ghouta orientale
    La vérité sur les objectifs des USA en Syrie
    Nouvelle route de la soie: pourquoi Pékin investit en masse en Syrie
    Zones de désescalade en Syrie: un premier convoi humanitaire bientôt à Ghouta Est
    Général US: la présence des États-Unis en Syrie est illégitime
    Tags:
    convois humanitaires, convoi, menace terroriste, opposition modérée, lutte antiterroriste, accord, opposition, terrorisme, Etat islamique, Syrie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik