Ecoutez Radio Sputnik
    Doha

    Crise du Qatar: les responsables du blocus «en pleine désorganisation»

    © Sputnik. Valeri Melnikov
    International
    URL courte
    34543263

    Selon l'ambassadeur qatari à Moscou, il est désormais évident que les pays arabes qui ont mis en place du blocus de Doha ont du mal à adopter une position commune à son égard.

    Les pays ayant organisé le blocus du Qatar n'ont pas de position commune, et la communauté internationale en est bien consciente, estime l'ambassadeur qatari en Russie Fahd Mohammed Al-Attiya.

    «Il y a quelques jours, le représentant permanent de l'Arabie saoudite auprès de l'Onu a déclaré qu'ils voulaient que nous acceptions six de leurs principes […]. Nous pouvons constater une attitude négative à l'égard des pays qui participent à ce blocus et veulent nous contraindre à sacrifier notre souveraineté. Et voilà qu'ils sont enfin devenus réalistes et qu'ils exigent maintenant que nous remplissions ces six principes», a indiqué le diplomate.

    Selon M.Al-Attiya, il est évident que les quatre pays à l'origine du blocus du Qatar «sont dans un état de pleine désorganisation».

    Début juin, l'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de financer les activités extrémistes à travers le monde. Par la suite, les pays du Golfe ont adressé à Doha une liste de conditions destinées à lui faire modifier sa politique étrangère.

    Ils demandent notamment au Qatar de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, de fermer la base militaire turque située sur son territoire et de mettre fin à la diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera. Doha a pour sa part qualifié ces exigences d'irréalistes et a appelé à les réviser.

    Lire aussi:

    Accusé de financer les extrémistes, le Qatar révise ses lois antiterroristes
    Pourquoi les positions des Émirats et de l'Arabie saoudite diffèrent sur le Qatar?
    L’information sur une base iranienne au Qatar ne sert qu’à faire pressions sur Doha
    Crise du Golfe: privé du soutien de l’Occident, Riyad ne peut rien contre le Qatar
    La France se prononce pour l’apaisement des sanctions à l’encontre du Qatar
    Tags:
    blocus, diplomatie, Mohammed Fahd Al-Attiya, Golfe persique, Qatar, Arabie Saoudite
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik