International
URL courte
2360
S'abonner

Après trois jours de combats, les miliciens du mouvement libanais Hezbollah ont libéré des djihadistes du Front al-Nosra la plus grande partie de la région montagneuse de l'Ersal située à la frontière entre la Syrie et le Liban.

Résultat de leur vaste offensive, les membres du Hezbollah ont libéré des djihadistes du Front al-Nosra la plus grande partie de la région de l'Ersal située à la frontière libano-syrienne, a déclaré à Sputnik une source au sein du mouvement chiite.

«Depuis le 21 juillet les combattants du Hezbollah ont repris plus de 64% de la région d'Ersal, après y avoir encerclé les djihadistes sur les 36% du territoire restants», a indiqué la source.

Cette même personne a également précisé à Sputnik que le Hezbollah, allié aux forces gouvernementales syriennes, avait encerclé 34% des djihadistes à Jroud Qalamoun, sur le territoire syrien. Avant cette offensive, les membres du Front al-Nosra contrôlaient au moins 90 km² dans la région d'Ersal et près de 35 km² à Jroud Qalamoun.

Vendredi 21 juillet, le Hezbollah a annoncé lancer une vaste opération militaire contre le Front al-Nosra à la frontière syro-libanaise, dans la région d'Ersal. L'offensive a commencé des deux côtés de la frontière.

La zone d'Ersal est utilisée par les terroristes pour faire passer des armes et de nouveaux combattants vers la Syrie. Des groupes extrémistes se servent également de camps de réfugiés déployés dans la région pour se cacher de l'armée libanaise et pour y recruter de nouveaux membres.

Lire aussi:

Le Hezbollah attaque les terroristes du Front al-Nosra dans Ersal
Frappes sur la Syrie: le Hezbollah et l'Iran menacent Washington d'une riposte
Le Hezbollah quitte la frontière syro-libanaise
Frappe israélienne près de Damas: pas de stocks de munitions du Hezbollah dans la zone
Israël aurait de nouveau frappé des positions du Hezbollah en Syrie
Tags:
Syrie, Liban, Ersal, Jroud Qalamoun, Hezbollah, Front al-Nosra, djihadisme, terrorisme
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook