Ecoutez Radio Sputnik
    Siemens, Allemagne

    Scandale des turbines Siemens: Berlin prône l’élargissement des sanctions antirusses

    © AP Photo / Matthias Rietschel
    International
    URL courte
    Scandale des turbines Siemens en Crimée (9)
    30268
    S'abonner

    Le récent scandale entourant l'affaire des turbines Siemens qui auraient été livrées en Crimée risque de ne pas passer inaperçu pour la Russie. Selon les dernières informations, Berlin a l'intention d'exhorter l’Union européenne à sanctionner Moscou à ce propos.

    Dans le cadre de l'affaire des turbines Siemens qui auraient été livrées en Crimée, l'Allemagne a proposé d'ajouter à la liste des sanctions antirusses trois ou quatre citoyens et organisations russes, annonce Reuters, citant des sources diplomatiques.

    Selon l'agence, les pays de l'UE pourront discuter ce mercredi de nouvelles sanctions à adopter contre la Russie.

    Le «scandale des turbines» a éclaté le 5 juillet lorsque Reuters a annoncé, se référant à trois sources proches du dossier, que la Russie avait livré à la Crimée des turbines à gaz fabriquées par Siemens, malgré les sanctions de l'Union européenne.

    Lundi 10 juillet, le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov, a déclaré aux journalistes que les turbines livrées aux centrales électriques de Crimée étaient de fabrication russe.

    Mercredi 13 juillet, Dmitri Peskov a une nouvelle fois commenté cette situation et a fait savoir que tous les produits technologiques installés en Crimée et destinés à l'énergie électrique et à l'énergie en général étaient de fabrication russe.

    «[En Crimée] on installe en effet des produits technologiques liés à l'énergie électrique et à l'énergie en général. On y installe des produits dont le pays à l'origine de la fabrication est la Russie», a communiqué Dmitri Peskov.

    Dossier:
    Scandale des turbines Siemens en Crimée (9)

    Lire aussi:

    Nouvelles turbines en Crimée: Siemens ne dit ni oui ni non
    Malgré les sanctions, «la Russie ne suivra pas le chemin souhaité par l'Occident»
    Poutine «prendrait aujourd’hui les mêmes décisions» sur la Crimée qu’en 2014
    Le nouveau Dir Com de Trump ne connaît pas sa position sur les sanctions antirusses
    Renforcement des sanctions antirusses: l’UE prépare une réponse à Washington
    Tags:
    Siemens AG, turbines à gaz, sanctions, Crimée, Allemagne, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik