Ecoutez Radio Sputnik
    L'armée syrienne

    Syrie: l'armée gouvernementale a doublé la superficie des territoires sous son contrôle

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    Situation en Syrie (été 2017) (114)
    6430
    S'abonner

    Ces deux derniers mois, l'armée syrienne n'a pas arrêté de progresser pour libérer le territoire de la Syrie et éliminer les djihadistes de Daech.

    Ces deux derniers mois, l'armée syrienne a réussi à presque doubler la superficie des territoires repris aux terroristes, a annoncé aux journalistes le chef de la Direction opérationnelle de l'État-major général de l'Armée russe, le général Sergueï Roudskoï.

    «Rien qu'au cours de ces deux derniers mois, près de 20.000 kilomètres carrés, soit près de 40% de l'ensemble des territoires libérés, ont été nettoyés de la présence des terroristes», a indiqué le général.

    Selon le haut responsable militaire russe, tout récemment, des soldats de l'Armée syrienne ont pris le contrôle de trois champs d'hydrocarbures et d'un complexe gazier dans le cadre d'une opération menée pour bloquer et éliminer un groupe important de Daech aux alentours de Palmyre.

    Par ailleurs, une source dans l'état-major russe a annoncé que la reprise du contrôle de la frontière entre la Syrie et l'Irak avait permis de faire diminuer le nombre de terroristes et la quantité d'armes arrivant en Syrie en provenance de l'Irak.

    Dossier:
    Situation en Syrie (été 2017) (114)

    Lire aussi:

    L'armée syrienne arrache à Daech 15 puits pétroliers près de Raqqa
    Nouveaux succès de l'armée syrienne dans la région de Hama (vidéo)
    Les détails de la libération de Raqqa livrés par un officier de l’armée syrienne
    Près d'Al-Sukhnah, l'armée syrienne engagée contre Daech 24h/24 (Vidéo)
    L'armée syrienne reprend le contrôle de 3 champs d'hydrocarbures dans la région de Palmyre
    Tags:
    progression, Etat-major de l'Armée russe, Sergueï Roudskoï, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik