International
URL courte
2121
S'abonner

Le fondateur de la société militaire privée américaine Blackwater, Erik Prince, a proposé à Donald Trump d’utiliser en Afghanistan des entreprises privées qui seraient «meilleur marché et plus efficaces que les militaires». Le général afghan à la retraite Atiqullah Amarhel a déclaré à Sputnik que cette stratégie était vouée à l’échec.

Le conseiller du Président américain Donald Trump, Steve Bannon, et son gendre, Jared Kushner, ont engagé dans l'élaboration de la politique militaire des États-Unis en Afghanistan les dirigeants de sociétés militaires privées, dont Erik Prince, fondateur de Blackwater, société de mercenaires bien connue pour ses bavures pendant la guerre d'Irak.

«Cette stratégie n'apportera ni stabilité ni paix en Afghanistan, les Afghans ne nourrissant que de la haine pour ces mercenaires», a souligné dans un entretien avec Sputnik Atiqullah Amarhel, général à la retraite de l'armée de l'air afghane.

Et d'ajouter que les Américains espéraient sans doute intimider le peuple afghan par leur aventure agressive.

«C'est une très mauvaise idée. Blackwater reste dans la mémoire des Afghans comme la plus cruelle des sociétés. À l'époque, ces mercenaires ne faisaient pas que tuer des innocents désarmés, mais tenaient aussi en Afghanistan des prisons secrètes où les gens étaient soumis à des tortures des plus perverses», a rappelé l'interlocuteur de l'agence.

Selon ce dernier, les Américains veulent administrer l'Afghanistan par la force, ce qui est parfaitement impossible.

«Ce n'est pas la bonne voie, et une telle stratégie ne débouchera jamais sur le résultat escompté. Il faut une autre stratégie […] qui profite au peuple d'Afghanistan et s'emploie au rapprochement avec les Afghans au lieu de semer la haine dans leurs cœurs», a conclu M.Amarhel.

Lire aussi:

Afghanistan: Kaboul dément une présence massive de mercenaires dans le pays
Groupe Wagner, affreux mercenaires ou gentils contractors?
Daech crée un service pour régler les conflits entre mercenaires
Daech n'est plus capable de payer ses mercenaires
Mercenaires: le retour des "chiens de guerre"
Tags:
tortures, prison, mercenaires, aventures, stratégie, Sputnik, Blackwater, Atiqullah Amarhel, Erik Prince, Jared Kushner, Steve Bannon, Donald Trump, États-Unis, Afghanistan
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook