International
URL courte
8260
S'abonner

Les services de renseignement américains ont revu leurs évaluations à propos de l’avancée des programmes de missiles et nucléaire de la Corée du Nord, a annoncé le journal Washington Post.

Les autorités nord-coréennes seront capables d'équiper leur armée de missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) Hwasong-14 dès 2018, relate le journal Washington Post faisant référence aux nouvelles conclusions tirées par l'Agence du renseignement de la défense des États-Unis (DIA).

Selon ces informations, des missiles balistiques intercontinentaux pourraient équiper l'armée de Pyongyang deux ans plus tôt que prévu.

La Corée du Nord a annoncé le 4 juillet avoir lancé avec succès un missile balistique intercontinental (ICBM) Hwasong-14, affirmant désormais avoir la capacité de frapper un objectif dans n'importe quelle partie du monde.

L'essai a été supervisé par le dirigeant nord-coréen, Kim Jong-un, selon la Télévision centrale coréenne. La Corée du Nord affirme également que le missile avait atteint une altitude de 2.802 km et volé sur une distance de 933 km.

Pourtant, selon les données du ministère russe de la Défense, la fusée nord-coréenne a atteint une altitude de seulement 535 kilomètres et parcouru une distance d'environ 510 kilomètres avant de tomber dans la partie centrale de la mer du Japon. La Russie a donc pu établir qu'il s'agissait d'un engin de moyenne portée.

Lire aussi:

Le Pentagone envisage la possibilité d’abattre les missiles testés par Pyongyang
Pyongyang dévoile de nouveaux missiles lors du défilé militaire
Pour percer le bouclier THAAD, Pyongyang s’exerce au lancement simultané de missiles
Corée du Nord: deux missiles balistiques déployés près de Pyongyang
Séoul soupçonne Pyongyang d’avoir effectué de nouveaux essais de missiles
Tags:
missiles, Kim Jong-un, Pyongyang, Corée du Nord
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook