International
URL courte
14141
S'abonner

La Turquie, étant membre de l’Otan, a le droit de prendre elle-même une décision sur l’achat des systèmes S-400 russes, selon un responsable de l’Alliance.

Un responsable de l'Otan a exprimé à un média russe son opinion par rapport au contrat entre Ankara et Moscou prévoyant la livraison de systèmes de défense antiaérienne S-400 à la Turquie.

«C'est le droit des alliés [membres de l'Otan] de décider de quel équipement militaire ils ont besoin. Aujourd'hui, aucun pays de l'Otan n'utilise les S-400, l'Alliance n'a ni confirmation, ni détails du marché passé par la Turquie», a-t-il souligné.

Ce mardi, Recep Tayyip Erdogan a annoncé avoir conclu un contrat avec la Russie portant sur la livraison de systèmes de défense antiaérienne russes S-400.

«Nous avons fait les démarches nécessaires avec la Russie, les signatures sont apposées. J'espère que nous verrons les S-400 dans notre pays. Et que nous allons les fabriquer ensemble», a-t-il souligné.

Le Kremlin n'a pas commenté cette information.

Auparavant, le PDG de la holding publique russe de hautes technologies Rostec, Sergueï Tchemezov, avait annoncé que les problèmes techniques concernant le contrat de livraison des systèmes de missiles sol-air S-400 étaient réglés et qu'il ne restait que des questions administratives.

Lire aussi:

Les S-400 pour la Turquie: aucune raison de s'inquiéter, selon Erdogan
Allemagne-Turquie: nouveau regain de tension
Chef de la diplomatie autrichienne: la Turquie doit rester un «pays voisin» pour l'UE
S-400: pas encore le contrat final mais un accord de principe signé entre Ankara et Moscou
Erdogan: Moscou et Ankara ont signé le contrat sur la livraison de S-400
Tags:
équipement militaire, livraisons, achat, S-400, OTAN, Turquie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook