International
URL courte
Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (98)
321
S'abonner

La chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini a suggéré des négociations directes entre le Qatar, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l’Égypte pour désamorcer au plus vite la crise dans le Golfe. Ahmed Talaat, du Centre de recherche arabe au Caire, s’est exprimé sur cette question dans un entretien avec Sputnik.

L'Union européenne se déclare prête à soutenir les processus de négociations sur la crise qatarie et à aider à trouver une solution, a rappelé Ahmed Talaat à Sputnik.

«Par ailleurs, les Européens sont prêts à mener la lutte contre le terrorisme conjointement avec les médiateurs pour la résolution de la crise qatarie. Il se peut qu'ils s'en occupent dans les jours qui viennent», a espéré l'interlocuteur de l'agence.

Et d'ajouter qu'il fallait engager tous les moyens politiques et diplomatiques pour faire pressions sur les pays qui avaient imposé le blocus au Qatar et sur le Qatar lui-même.

«Il faut que tous les acteurs du conflit se mettent à la table des négociations. L'avenir de la région arabe et de l'ensemble du Proche-Orient en dépend», a insisté l'expert.

Il a prévenu que l'ultérieure aggravation de la situation comportait un risque de guerre entre l'Arabie saoudite et l'Iran, alors que l'ingérence militaire de la Turquie dans la région ne pouvait que provoquer la tension dans plusieurs pays.

Dossier:
Rupture des relations diplomatiques avec le Qatar (98)

Lire aussi:

Qatar: quel rôle réserver à l’Iran dans la résolution de la crise?
Crise du Qatar: les responsables du blocus «en pleine désorganisation»
Le Qatar a suffisamment de ressources pour supporter le blocus
Qatar: la campagne des pays arabes contre Doha avait été planifiée
La France se prononce pour l’apaisement des sanctions à l’encontre du Qatar
Tags:
blocus, guerre, négociations, crise, Sputnik, Ahmed Talaat, Proche-Orient, Egypte, Bahreïn, Arabie Saoudite, Iran, Turquie, Golfe persique, Qatar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook