Ecoutez Radio Sputnik
    Caracas

    Des provocations US au Venezuela ne sont pas exclues, selon l’ambassadeur

    © REUTERS / Carlos Garcia Rawlins
    International
    URL courte
    5223
    S'abonner

    Les autorités vénézuéliennes n’excluent pas que les services secrets américains puissent organiser des provocations dans le pays le 30 juillet prochain, le jour de l’élection à l’Assemblée nationale constituante, a déclaré l’ambassadeur du pays à Moscou Carlos Rafael Faria Tortosa dans une interview accordée à Sputnik.

    Interviewé par Sputnik, l'ambassadeur vénézuélien à Moscou, Carlos Rafael Faria Tortosa, a évoqué les menaces qui pourraient survenir le 30 juillet prochain, le jour de l'élection à l'Assemblée nationale constituante.

    Le diplomate a signalé que les autorités de son pays considéraient comme un scénario probable des provocations organisées par les services secrets américains.

    «Nous devrions avoir le plus peur des menaces qui concernent la sortie violente [de crise, ndlr], c'est-à-dire des mesures imposées pour provoquer le chaos dans le pays, des meurtres de personnes, afin d'accuser ensuite le gouvernement, comme ils l'ont fait dans beaucoup d'autres pays», a indiqué l'ambassadeur.

    Le diplomate a déclaré que les services secrets américains pourraient vouloir un scénario qui tourne mal pour préparer des images pour les médias et assurer ainsi un prétexte pour une invasion armée.

    L'Assemblée nationale constituante, qui devra être élue le 30 juillet prochain, sera en charge des réformes de la Constitution, dont un projet sera soumis à référendum.

    Lire aussi:

    90 victimes dans les violentes manifestations au Venezuela
    Caracas accuse Merkel d'«encourager la violence» au Venezuela
    Washington prépare un embargo pétrolier contre le Venezuela
    Une voiture fonce dans des manifestants au Venezuela
    Le bilan des protestations au Venezuela grimpe à 38 morts
    Tags:
    menaces, élections, États-Unis, Venezuela
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik