International
URL courte
49917
S'abonner

Bien que la peine de mort ne soit pas de facto appliquée en Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu estime que l'heure est venue de l'appliquer aux terroristes inculpés.

Le chef du gouvernement israélien a appelé à appliquer la peine capitale pour un Palestinien qui a tué trois colons israéliens en Cisjordanie occupée sur fond de tensions autour du mont du Temple, à Jérusalem.

«En tant que Premier ministre, dans le cas d'un meurtre si atroce, ma position est qu'il devrait être exécuté», a déclaré M.Netanyahu lors d'une rencontre avec des proches des victimes de l'attaque.

«Il ne devrait plus avoir le droit de sourire», a martelé le chef du gouvernement.

Le 21 juillet dernier, un Palestinien de 19 ans a pénétré dans une colonie juive de Cisjordanie et s'est introduit dans une maison avant de poignarder quatre Israéliens, dont trois ont succombé à leurs blessures.

L'attaque s'est produite après une journée de manifestations de Palestiniens contre le renforcement des mesures de sécurité aux entrées de l'esplanade des Mosquées à Jérusalem-Est. Cinq Palestiniens ont été tués dans les heurts les 21 et 22 juillet.

Jeudi, Israël a retiré les dernières mesures de sécurité, laissant les Palestiniens revenir prier sur l'esplanade. Or, des affrontements ont de nouveau éclaté dans l'après-midi entre policiers israéliens et Palestiniens sur le site.

La dernière exécution réalisée en Israël date de 1962, lorsque le haut fonctionnaire du Troisième Reich Adolf Eichmann a été pendu.

Lire aussi:

Netanyahu veut fermer l'agence de l'Onu qui aide les réfugiés palestiniens
Les Palestiniens «privés de la possibilité» de se faire soigner en Israël
Un palestinien abattu après avoir tenté de poignarder des soldats israéliens
Bande de Gaza: un char israélien riposte à un tir de roquettes palestiniennes
Israël refuse de négocier avec les détenus palestiniens en grève de la faim
Tags:
meurtre, exécution, peine de mort, Benjamin Netanyahou, Jérusalem, Israël
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook