Ecoutez Radio Sputnik
    Mossoul

    L’Irak abrite toujours quelque 7.000 partisans de Daech

    © REUTERS / Thaier Al-Sudani
    International
    URL courte
    2013
    S'abonner

    Malgré la libération de Mossoul annoncée par le commandement de l’armée irakienne début juillet, à peu près 7.000 partisans de Daech sont toujours en Irak.

    Presque 7.000 partisans de l'organisation terroriste Daech restent en Irak après la libération de Mossoul, relate l'agence Associated Press citant des sources dans les services de sécurité du pays.

    D'après les estimations des employés des services de renseignement et des militaires souhaitant garder l'anonymat, il s'agit d'à peu près 4.000 combattants et 3.000 employés de Daech qui travaillent pour l'organisation et reçoivent un salaire.

    Selon les mêmes sources, jusqu'à 7.000 combattants et 5.000 employés de Daech se trouvent en Syrie.

    L'offensive de l'armée irakienne visant à éliminer les djihadistes de Daech de la province de Ninive et de sa capitale, Mossoul, a été lancée en octobre 2016. Les troupes gouvernementales étaient appuyées par des milices populaires et l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis.

    Dimanche 9 juillet, le commandant adjoint de l'unité de lutte antiterroriste, le lieutenant-général Abdel Wahab al Saidi, a hissé le drapeau irakien au-dessus du dernier repaire des terroristes dans la vieille ville de Mossoul, ce qui signifie la complète libération de la rive occidentale du Tigre.

    Lire aussi:

    Des Irakiens honorent la mémoire de leurs concitoyens morts dans la lutte contre Daech
    Une cellule de Daech projetant des attentats démantelée en Algérie
    Irak: une usine d'engins explosifs de Daech décelée à Mossoul (vidéo)
    Le numéro un de Daech se réfugierait-il en Syrie?
    Qu'en est-il de l'or de Daech?
    Tags:
    partisans, libération, terrorisme, offensive de Mossoul, coalition anti-Daech, Etat islamique, Mossoul, Syrie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik