Ecoutez Radio Sputnik
    Donald Trump teste une batte de baseball Made in America, le 17 juillet. Image d'illustration

    Le Pentagone préoccupé: et si Trump déclarait la guerre à la Corée du Nord?

    © AP Photo / Alex Brandon
    International
    URL courte
    461959
    S'abonner

    A la lecture de ses tweets concernant le domaine militaire, des fonctionnaires du Pentagone ont exprimé leurs vives inquiétudes à l'idée que le Président américain ait des velléités de déclarer la guerre à la Corée du Nord.

    Après que Donald Trump a commencé dernièrement à faire état de ses projets concernant les forces armées américaines sur son compte Twitter, des représentants du Pentagone se sont montrés préoccupés par l'éventualité d'une guerre entre les États-Unis et la Corée du Nord, lit-on dans l'Independent.

    «Suite à une réunion avec mes généraux et mes experts militaires, veuillez noter que le gouvernement américain ne va ni accepter ni permettre…», a tweeté d'abord Donald Trump, son idée étant limitée à un nombre concret de signes.

    Neuf longues minutes se sont écoulées avant que le dirigeant ne poursuive, déclarant alors que son administration ne permettrait pas aux personnes transgenres de servir dans l'armée «à n'importe quel titre» puisque la victoire ne peut être lestée par des «frais médicaux énormes causés par les transgenres» dans les rangs des forces armées.

    Mais pendant cette période de silence de Trump, une hypothèse loin d'être liée aux transgenres est venue dans l'esprit de certains employés du Pentagone.

    «Au Pentagone, le premier des trois tweets a éveillé les craintes que le Président prépare une annonce de frappes contre la Corée du Nord ou quelque autre action militaire», a signalé BuzzFeed News. «Majoritairement, ils ont affirmé demeurer en suspens pour neuf minutes entre le premier et le deuxième tweet. C'est seulement après le deuxième post que de hauts responsables militaires ont appris que le Président annonçait des changements de personnel.»

    Une fois la nouvelle annoncée par le dirigeant, le Pentagone a adressé toutes les questions sur le sujet à la Maison-Blanche. Cette hypothèse inquiétante a été faite dans le contexte de tensions croissantes entre Washington et Pyongyang et peu avant qu'il ait été signalé que la Corée du Nord avait procédé à un nouveau tir de missile, le deuxième depuis le début du mois de juillet.

    Pyongyang a réalisé vendredi un nouveau lancement de missile balistique intercontinental Hwasong-14 à titre expérimental, susceptible d'atteindre les États-Unis, selon l'agence officielle nord-coréenne KCNA. Le missile a effectué un vol de 47 minutes et 12 secondes, atteint une altitude de 3.724 km et parcouru 998 km avant de finir sa course à l'est de la péninsule, selon les informations des médias nord-coréens.

    Le tir n'a présenté aucune menace pour les pays voisins, mais devait être perçu comme un «avertissement solennel» aux États-Unis, dont le Sénat avait adopté jeudi de nouvelles sanctions à l'encontre la Russie, l'Iran et la Corée du Nord, a noté l'agence.

    Lire aussi:

    Pékin opposé au renforcement du THAAD en Corée du Sud
    Washington refuse de reconnaître à la Corée du Nord le droit à l'arme nucléaire
    La Corée du Nord tire un missile qui tombe dans la zone économique exclusive japonaise
    Exercice militaire en riposte au nouveau tir de Pyongyang (vidéos)
    Pyongyang confirme le second essai d'un missile balistique capable d'atteindre les USA
    Tags:
    inquiétude, transgenre, militaires, armée, guerre, Twitter, Inc, Pentagone, Donald Trump, Corée du Nord, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik