Ecoutez Radio Sputnik
    De nouvelles sanctions pourraient être imposées à Doha par le Quartet arabe

    De nouvelles sanctions pourraient être imposées à Doha par le Quartet arabe

    © REUTERS / Stringer
    International
    URL courte
    125
    S'abonner

    L'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte, ayant rompu les relations diplomatiques avec Doha, envisagent l’application de nouvelles sanctions qui pourraient «progressivement influencer l’économie qatarie».

    Les ministres des Affaires étrangères de quatre pays arabes, soit l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis, Bahreïn et l'Égypte, discuteront de l'application de nouvelles sanctions à l'encontre du Qatar, lors de leur rencontre à Manama, a relaté ce dimanche l'agence Reuters se référant au journal arabe al-Hayat.

    À en croire le journal, les nouvelles sanctions visent à «progressivement influencer l'économie qatarie».
    Début juin, l'Arabie saoudite, l'Égypte, Bahreïn et les Émirats arabes unis ont rompu leurs relations diplomatiques avec le Qatar, l'accusant de financer les activités extrémistes à travers le monde. Par la suite, les pays du Golfe ont adressé à Doha une liste de conditions destinées à lui faire modifier sa politique étrangère.

    Ils demandent notamment au Qatar de rompre ses relations diplomatiques avec l'Iran, de fermer la base militaire turque située sur son territoire et de mettre fin à la diffusion de la chaîne de télévision Al Jazeera. Doha a pour sa part qualifié ces exigences d'irréalistes et a appelé à les réviser.

    Lire aussi:

    Crise du Qatar: les responsables du blocus «en pleine désorganisation»
    Le Qatar a suffisamment de ressources pour supporter le blocus
    Qatar: la campagne des pays arabes contre Doha avait été planifiée
    Accusé de financer les extrémistes, le Qatar révise ses lois antiterroristes
    Le Quartet arabe réduit ses exigences envers le Qatar
    Tags:
    rencontre, ministre, économie, sanctions, Qatar, Bahreïn, Émirats Arabes Unis, Arabie Saoudite, Egypte
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik