Ecoutez Radio Sputnik
    Base militaire US à Ginowan

    Okinawa: les États-Unis rendent au Japon 4 ha de leur base militaire

    © AFP 2017 TORU YAMANAKA
    International
    URL courte
    101537116

    Les États-Unis ont fini par rendre au Japon une partie de son territoire dans l'île d'Okinawa.

    Le Pentagone a rendu lundi au Japon quatre hectares de sa base militaire Futenma, située dans la municipalité de Ginowan de l'île d'Okinawa, annonce l'agence Kyodo.

    Il s'agit seulement de 0,8% du territoire de la base qui occupe 481hectares.

    Selon l'agence, la municipalité pourrait se servir du terrain libéré par les Américains pour construire une autoroute en 2019.
    Actuellement, l'aérodrome de la base aérienne Futenma est encerclé par les quartiers résidentiels, ce qui constitue un danger pour leurs habitants.

    Auparavant, les autorités japonaises ont convenu de transférer la base Futenma dans le nord d'Okinawa, vers le village de Henoko, où se trouve une autre base américaine, le Camp Schawab, et d'y construire un nouvel aérodrome.

    Toutefois, l'administration locale de l'île s'oppose aux plans de Tokyo et exige le transfert de la base dans d'autres régions du Japon.

    L'île d'Okinawa ne représente que 0,6% du territoire du Japon, mais elle héberge 74% des sites militaires américains et plus de 50% des forces armées US déployées au Japon. Selon l'administration d'Okinawa, 25.800 militaires américains accompagnés de 19.000 membres de leurs familles et de civils habitent actuellement dans l'île.

    Lire aussi:

    Le Japon voit rouge suite aux exercices militaires US sur l’île d’Okinawa
    Gouverneur d’Okinawa: «La préfecture souffre toujours de la présence US»
    Les habitants d’Okinawa indemnisés pour le bruit des avions US
    La base militaire US restera dans la préfecture japonaise d’Okinawa
    Transfert d’une base aérienne US: Okinawa porte à nouveau plainte contre Tokyo
    Tags:
    base militaire, Pentagone, Okinawa, Japon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik