International
URL courte
25291
S'abonner

Sur fond de bruits concernant d’éventuelles livraisons d’assistance militaire américaine à Kiev, Moscou exhorte toutes les parties participant au règlement de la crise à éviter les actions susceptibles de provoquer une augmentation de la tension dans la région.

Le Kremlin appelle les parties prétendant à un rôle dans la résolution de la crise ukrainienne à éviter les actions qui pourraient provoquer une augmentation de la tension dans le pays.

«Nous croyons que toutes les parties, en particulier les pays qui revendiquent un rôle dans le règlement de la situation, doivent éviter de s'engager dans des actions susceptibles de provoquer une augmentation de la tension dans une région aussi difficile», a déclaré le porte-parole du Président russe, Dmitri Peskov.

Auparavant, le journal américain The Wall Street Journal a annoncé, se référant à des sources au sein de l'armée et des diplomates, que le Pentagone et le Département d'État auraient élaboré un plan visant à fournir aux autorités ukrainiennes des missiles anti-char et d'autres armes classifiées comme «défensives».

Selon le média, il s'agirait de lance-missiles antichars américains portables Javelin, de systèmes de défense aérienne, ainsi que d'autres armes.

Pourtant la Maison-Blanche n'aurait pas encore approuvé cette initiative.

La Russie avait à plusieurs reprises mis en garde contre ces plans de livraisons, signalant que cela pourrait conduire à une escalade du conflit dans le Donbass. La plupart des hommes politiques européens se sont prononcés contre les livraisons d'armes à l'Ukraine.

Lire aussi:

McCain appelle Trump à livrer à Kiev des armes létales
Les USA vont équiper les snipers ukrainiens
Kiev dit attendre des livraisons d’«armes défensives» de plusieurs pays
Moscou: des armes US pour l'Ukraine ne feront qu'éloigner le règlement du conflit
Armes US pour l’Ukraine: de la ferraille hors d’usage?
Tags:
armements, livraisons d'armes, Dmitri Peskov, Ukraine, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook