Ecoutez Radio Sputnik
    Sanctions US

    Sanctions US: Et si Téhéran, Moscou et Pyongyang formaient une coalition?

    © AP Photo/ Susan Walsh, File
    International
    URL courte
    Alourdissement des sanctions US contre la Russie (juillet 2017) (38)
    677383815

    Le Sénat américain a adopté par 419 voix contre 3 de nouvelles sanctions contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord. Le projet de loi est intitulé «Lutte contre les ennemis des États-Unis au moyen de sanctions». Sajjad Tayeri, du site IranianPolicy.net, s’est entretenu avec Sputnik d’une éventuelle réponse des trois pays concernés.

    Le document sur de nouvelles sanctions visant la Russie, l'Iran et la Corée du Nord doit encore être promulgué par le Président Donald Trump qui, selon le service de presse de la Maison-Blanche, l'aurait déjà étudié avant de décider de le signer. Et si ces alliés stratégiques que sont l'Iran et la Russie s'entendaient avec la Corée du Nord pour créer une alliance contre les ambitions et les sanctions américaines?

    Sajjad Tayeri a estimé dans une interview accordée à Sputnik que le rôle de la Corée du Nord dans une éventuelle coalition avec l'Iran et la Russie ne serait pas substantiel, Pyongyang insistant sur la question nucléaire au détriment des négociations.

    «De toute évidence, la Corée du Nord n'entrera pas dans cette coalition, ses faits et gestes risquant de déclencher une guerre. Pour ce qui est de l'Iran et de la Russie, ces deux pays pourraient bien former une nouvelle alliance au Proche-Orient», a supposé l'interlocuteur de l'agence.

    Et de rappeler que la Corée du Nord n'a de marge de manœuvre que dans la péninsule coréenne et ne jouit d'aucun statut au Proche-Orient.

    «À la différence de Pyongyang, Téhéran et Moscou possèdent une influence au Proche-Orient et même en Europe de l'Est. C'est pourquoi si une coalition voit le jour, elle sera formée par l'Iran et la Russie, alors que la Corée du Nord y aura sans doute un rôle plutôt insignifiant, car elle ne négociera qu'à la condition de détenir l'arme atomique», a relevé l'expert.

    Il s'est par ailleurs déclaré partisan de la diplomatie, espérant des négociations de l'Iran et de la Russie avec les États-Unis.

    Un autre interlocuteur de Sputnik, Mahmoud Shuri, du Centre d'études stratégiques près le Conseil de rationalité iranien, a rappelé que ces trois pays avaient été soumis à des sanctions américaines à des époques différentes et pour des raisons diverses.

    «Il va sans dire qu'ils voudront riposter aux États-Unis. On sait que la Russie, qui est une puissance mondiale et un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, a de grandes capacités de résistance aux sanctions américaines au niveau diplomatique. L'Iran a également acquis une belle expérience en la matière au cours des longues années de lutte pour son programme nucléaire pacifique», a poursuivi l'analyste.

    Selon ce dernier, on doit résister ensemble et créer pour cela un front commun afin de montrer à l'Amérique que ses actions contredisent les lois internationales.

    «Malheureusement, nos possibilités et nos moyens sont limités, mais ce n'est pas une raison pour renoncer à la lutte contre les sanctions américaines», a conclu M. Shuri.

    Dossier:
    Alourdissement des sanctions US contre la Russie (juillet 2017) (38)

    Lire aussi:

    Iran met en garde les USA contre l’introduction de nouvelles sanctions
    Sanctions antirusses: l’UE dans le sillage des USA?
    Sanctions antirusses: Moscou suspend le dialogue avec les USA sur les problèmes bilatéraux
    Les USA durcissent les sanctions contre des citoyens et entreprises russes
    Les USA décrètent de nouvelles sanctions US contre des citoyens nord-coréens
    Tags:
    coalition, négociations, sanctions, Sénat des États-Unis, présidence américaine, Sputnik, Sajjad Tayeri, Donald Trump, Europe de l'Est, Proche-Orient, Corée du Nord, Iran, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik